Panorama

r_2100x1400_radio_praha.png

En me promenant dans les rues de Prague, il m'est venu à l'idée une question que m'avait posée, il y a un certain temps, un ami parisien qui était en visite dans la capitale tchèque. Il me disait que Prague est merveilleuse, mais qu'à part le centre ville, les quartiers et leurs rues étaient assez sales. Je dois dire que cela fait assez longtemps, et que les choses se sont sensiblement améliorées depuis. Néanmoins, je pense que vous serez intéressés par le thème de la proprété et du nettoyage des rues et lieux publics des grandes villes, en premier lieu Prague.

A Prague, force est de le constater, on ne voyait pas tellement, récemment encore, des cantonniers dans les rues et sur les lieux publics. Cela se faisait ressentir et la propreté laissait à désirer. Il faut prendre en considération qu'à Prague, il n'existe pas le simple système employé à Paris. En effet, les Parisiens sont habitués à faire le ménage des cafés, restaurants, boutiques, en balayant tous les déchets, ou presque dans les canivaux. Après, l'eau s'en occupe et emporte tout dans les égouts. On ne peut le faire à Prague, car la capitale tchèque, ni aucune autre ville en Tchéquie, d'ailleurs, ne possède le système d'utilisation d'eau non-potable comme c'est le cas de la Parisienne des eaux. Dommage... Car ce serait un souci de moins pour la mairie et les services de la voirie ! Comment effectuer, alors, le nettoyage de la ville aux cent tours ?

Bien sûr, Prague dispose d'un système d'égouts, comme toutes les grandes villes du monde. Pourtant, ils sont loin d'avoir la dimension des égouts parisiens. Donc, on ne peut y jeter les déchets et ordures diverses, tout le système se boucherait. Il n'y a pas longtemps, encore, le balayage des rues par des cantonniers n'existait, pratiquement, que dans le centre historique de Prague. Le reste des rues subissait un grand nettoyage seulement quatre fois par an, et encore, pas toutes les rues. En vérité, les grandes cités étaient beaucoup plus propres que les vieux quartiers. En effet, dans les grands ensembles d'immeubles, il était facile de faire le nettoyage à l'aide de moyens techniques, alors que dans les petites rues des quartiers anciens, cela était impossible, vues les voitures en stationnement. Sous le communisme, encore, tous les services d'entretiens et de nettoyage étaient assurés par l'Etat, par l'intermédiaire de ce qui s'appelait les Services techniques de la ville. Tout a changé après la Révolution de velours et le retour de l'entreprise privée en Tchéquie

Les Services techniques municipaux ont disparu. Ils ont été remplacés par des entreprises privées qui s'occupent, en premier lieu, du ramassage des ordures ménagères. L'affaire semble lucrative, car les entreprises de ramassage des ordures sont nombreuses à Prague, et se sont partagées les différents arrondissements. Il n'est pas rare de trouver deux entreprises, même dans le même quartier. En effet, certains immeubles appartiennent à la municipalité, d'autres sont privés. Et comme la concurrence joue, c'est à qui fera les meilleurs prix. Des fois, c'est bien embêtant. Par exemple, dans la rue où j'habite, il y a des immeubles publics, des immeubles privés. Le ramassage des ordures ménagères a lieu tôt le matin... à 6.30, déjà, vous entendez les poubelles sorties des bâtiments. Un premier passage a lieu, et une heure plus tard cela recommence. Heureusement que les éboueurs ne passent que deux fois par semaine, dans tous les arrondissements, en général, le lundi et le jeudi ou le vendredi. Le système est différent. Les poubelles sont à l'intérieur des immeubles et sont remplies peu à peu par les habitants... pour déborder souvent ! On ne met pas de sacs en plastique sur le trottoir comme cela est courant en Europe de l'Ouest. Les employés des services de ramassage des ordures disposent souvent de passe-partout, pour ouvrir les portes d'entrée des immeubles et sortir les poubelles avant l'arrivée du camion. Vous vous imaginez le tintamare, au petit matin ! Les ordures sont ensuite transportées dans des décharges, qui se trouvent à une vingtaine de kilomètres de Prague.

Avec le retour des sociétés privées de nettoyage et d'entretien des lieux publics, les cantonniers sont aussi revenus. Avec la réforme partielle du système judiciaire, l'Etat leur a donné la possibilité d'employer des personnes qui ont été condamnées à des peines alternatives pour des délits de moindre importance. Dans la rue où j'habite, encore une fois, alors qu'il y a quelques années encore, je n'y avais jamais vu un cantonnier, aujourd'hui, deux cantonniers passent par jour avec une poubelle à roulette. Cela se fait vraiment sentir, car la rue est, enfin, propre ! En général, ce sont justement des condamnés à des peines alternatives. Ils sont employés par les sociétés privées, mais payés par les municipalités.

Le chien est le meilleur ami de l'homme... Oui, mais les Pragois et les Tchèques, en général, sont vraiment les meilleurs amis des chiens et on en voit de plus en plus dans les rues et les lieux publics des villes. A la campagne, le chien a toujours été présent, mais en ville, la hausse constante du nombre de chiens pose un grand problème. En effet, notre meilleur compagnon doit faire ses besoins et, à moins de l'apprendre à utiliser le cabinet de toilette familial (certains propriétaires de chiens y sont parvenus), il faut sortir avec son chien et faire un tour dans la rue, si possible dans un parc. A moins, que comme moi, bien que résidant en centre ville, vous ne disposiez d'un jardin. Ainsi donc, ces derniers temps il est difficile de marcher sur les trotttoirs, dans certaines localités, ou certains parcs. Il faut faire du slalom entre les excréments. Ce n'est ni appétissant, ni hygiénique. Surtout, quand certains propriétaires de chiens laissent leur meilleur compagnon faire ses besoins dans un jardin d'enfant... Ce qui n'est malheureusement pas rare ! Certains arrondissements de Prague et certaines municipalités de Tchéquie ont suivi les exemples étrangers : l'emploi du moto-crotte (à ne pas suivre quand il aspire les excréments sur les trottoirs, car vous risquez l'asphixie) et l'implantation de corbeilles à ordures spéciales, équipés de sacs à déchet, en l'occurence de sac à excréments. Une bonne initiative, qui portent ses fruits, car les rues sont un peu moins crottées, me semble-t-il, ces derniers temps ! Mais tous les propriétaires n'utilisent pas la possiblité de nettoyer le trottoir des besoins de son chien. Les lois concernant l'élevage de chien se sont durcies, mais les spécialistes indiquent que tout doit venir de la bonne volonté des propriétaires du meilleur ami de l'homme.

En conclusion, disons qu'un touriste qui est venu à Prague, il y a quelques années, sera agréablement surpris, car la propreté s'est nettement améliorée.