Panorama

r_2100x1400_radio_praha.png

Vous n'aimez pas vous lever tôt ? Et bien, en Tchéquie vous serez mal servi. Par exemple si, du fait d'un malheureux hasard, vous vous retrouvez à l'hôpital. En effet, alors que vous serez, déjà, quelque peu traumatisé par une maladie ou un accident, vous le serez, peut-être, encore plus, par un réveil très tôt le matin, le plus souvent à six heures ! Alors, à quelle heure se lèvent les Tchèques ? C'est le sujet de la République tchèque au quotidien.

Pour commencer, passons à l'hôpital. Pour quelle raison serait-il le plus convenable de prendre la température des patients d'un hôpital à six heures du matin ? Une seule réponse existe à cette question : cela convient au personnel et aux habitudes existant dans les établissements de la santé. La température, elle, cela lui est égal. Qu'elle soit mesurée, régulièrement, à six, sept, huit ou neuf heures, elle n'en a rien à cirer ! Alors pourquoi distribue-t-on les thermomètres à six heures du matin, dans les hôpitaux tchèques ? Et bien, pour le savoir, il faut remonter à l'époque du règne de l'empereur austro-hongrois, François Joseph. Le psychiatre pragois, Pavel Doubek, de préciser : « L'empereur François Joseph connaissait des problèmes avec le sommeil. Il ne dormait que très peu. A cause de lui, les institutions étaient obligées de commencer tôt le matin. En Europe de l'Ouest, cette pratique a été abandonnée, mais en Tchéquie, elle s'est conservée, jusqu'à nos jours ».

Les Tchèques continuent donc à se lever tôt le matin. Pour cela, nos voisins européens, mais même aux Etats-Unis, par exemple, leur ont donné le surnom de Franz Josef People...

Il faut dire que cette tradition centenaire, de se lever à six heures du matin, ou même plus tôt, incommode fortement un bon nombre de Tchèques qui ont un autre rythme quotidien, moi-même aussi. Beaucoup de Tchèques, en effet, ne commence la journée de travail qu'aux alentours de neuf heures. Les changements d'horaires ont commencé dans certains hôpitaux de Prague. L'établissement hospitalier de Prague-Motol a institué le réveil à sept heures. Ce n'est pas une grande différence, mais cela entraîne un grand nombre de problèmes, surtout dans certains pavillons, comme celui de la chirurgie, par exemple. Dans ce dernier, on est revenu à la tradition des six heures du matin, car les opérations commencent à huit heures et avant encore, il y a la visite quotidienne. Vous vous direz, certainement, mais pourquoi les opérations doivent-elles commencer, expressément à huit heures ? Elles pourraient, tout aussi bien, débuter à neuf ou dix heures, non ? Et bien oui, c'est bien non. En effet, les employés du service de l'anesthésie sont des femmes, des mères, en général. Elles doivent donc aller chercher leurs enfants à l'école... Tiens, encore une pratique différente de l'Europe de l'Ouest, un reste du mauvais sommeil de l'empereur François Joseph. L'école commence aussi tôt, le matin. Nous y reviendrons, mais l'hôpital est, en fait, soumis aux contraintes de l'école qui est, elle-même, soumise aux contraintes de l'emploi des parents. Une sorte de cercle vicieux...

Un cercle vicieux qui touche tout le fonctionnement d'un hôpital tchèque : les infirmières de la journée prennent leur service à six heures du matin, à six heures du matin commencent les prélèvements, la cuisine commence aussi à six heures, car elle veut en terminer vite avec le petit déjeuner pour pouvoir commencer la préparation du déjeuner... Et le patient, dans tout cela. Il est bien obligé de se prêter à ce cercle vicieux, même si cela peut aggraver, d'une certaine manière, son état psychique. Beaucoup d'établissements hospitaliers ont tenté de changer leurs horaires, mais ils se sont, malheureusement, heurtés à une barrière infranchissable : les Tchèques sont bien restés des Franz Josef People. Même s'ils ne connaissent pas les problèmes de sommeil de l'empereur, ils sont habitués à se lever tôt. D'ailleurs, un proverbe tchèque ne dit-il pas : l'oiseau du matin sautillera plus loin !

Je parlais de l'école. Hé oui ! Les écoliers sont aussi, toujours, touchés par le manque de sommeil de François Joseph ! A l'école primaire, les classes commencent tôt, à sept heures et demie, quarante-cinq ou huit heures. Intéressant de constater, aussi, qu'en général les différents cours ne durent que 45 minutes. Les récréations sont d'une durée de 5 minutes, entre chaque cours, plus la grande récrée... autour de midi. Surprise, il n'y a pas de grande pause, de onze heures et demie à une heure et demie, comme en France, par exemple. Les jours de classe sont du lundi au vendredi, mais pas de mercredi libre ! L'école se termine, en général, autour de midi et demi. On ne va pas à l'école l'après-midi, sauf pour les cours spéciaux, d'agrément, par exemple. Naturellement, il y a des différences, et cela concerne l'école primaire. Dans le secondaire, c'est un peu différent. En général, les cours durent plus longtemps, dans l'après-midi, plus tard que quatorze heures. Selon les psychiatres et les psychologues, il serait bon d'adopter le rythme scolaire de l'Europe de l'Ouest, car les écoliers sont fatigués par cette tradition plus que centenaire. Le matin, ils ont encore sommeil, à midi, ils sont fatigués. En plus de cela, ces derniers temps, de plus en plus de parents commencent plus tard le travail, en Tchéquie. Nouvelle contradiction pour ces derniers : ils doivent se lever tôt pour préparer leurs enfants à l'école.

Arrivera-t-on à changer le rythme séculaire de la journée de travail d'un Tchèque ? Difficile de répondre à cette question. Pourtant, certains employeurs sont pour le passage progressif au rythme occidental. Début de la journée de travail plus tard, mais rentrée à la maison, plus tard également. Les institutions ouvrent, déjà, et depuis longtemps, autour de neuf heures. Une institution qui a son mot à dire, dans la question : la télévision. En étudiant les programmes des différentes chaînes de télévision tchèques, publiques ou privées, on est obligé de constater qu'elles retardent, de plus en plus, leurs programmes du soir. Le journal, certes, passe toujours entre 19 et 20 heures, mais le film de la soirée, par exemple, commence à 21 heures... Il faut dire que les patrons commencent à étaler le temps de travail de leurs employés, surtout dans les grandes villes, Prague en premier lieu. On peut le constater en faisant une petite étude de la circulation. Les heures de pointes changent : seulement autour de sept heures et demie, le matin, de 16 heures et plus, dans l'après-midi. Le trafic automobile reste très dense, jusqu'à 19 heures et plus, à Prague. Une preuve que les habitudes changent, mais très difficilement, car les Tchèques tentent de préserver leur temps libre. En effet, les ouvriers, par exemple, commençaient, et commencent souvent encore, à six heures, mais ils quittent à 14 heures, avec toute un après-midi devant eux ! Pratique, quand même, quand on a un petit jardin, une maison de campagne pas loin de son logement, ou même pour s'adonner aux sports, dont les Tchèques sont très fervents. Les spécialistes ne leur prévoient rien de bon, pourtant. En effet, après l'entrée de la Tchéquie à l'Union européenne, on devra bien se faire aux normes de celle-ci, donc en matière de réveil aussi !