Pimpinela Hohenlohe

r_2100x1400_radio_praha.png

Notre collègue Omar Mounir, invité à un colloque en octobre à Marrakech, a rencontré un batteur de brousse, un de ces aventuriers européens qu'on croise parfois dans des souks, habillés à Davy Krockett. On sait où ils sont à l'instant, et personne, pas même eux, ne savent où seront-ils le lendemain. De fil en aiguille, cet aventurier des temps modernes, autrefois marchand de soie en Orient, après avoir été animateur de boîte à Marbella et cascadeur à New-York, donne son nom : Misha, dit-il. Ce prénom, pas trop tchèque sur les bords, intrigue notre collègue qui veut en savoir plus. Monsieur S'appelle Misha de Saint Maux, Belge par son état civil, mais d'appartenance, par ses origines, à la noblesse tchèque. "C'est ma tante, dit-il, qui m'appelle Mishka". Comprenez par-là son petit Mischa. Cette tante, c'est Pimpinela de Hohenlohe, princesse de son état. Elle vit à Marbela en princesse, s'il vous plaît. Elle vous parlera elle-même d'elle-même, par téléphone, mais le détour vaut le coup. Pimpinela Hohenlohe est née en 1930. Avec ses soeurs et frères, la petite Pimpinela passait une enfance heureuse au château de Cerveny Hradek près de Jirkov en Bohême du nord que ses prédécesseurs avaient acquis en 1892. Après l'avènement de Hitler au pouvoir et la fondation du parti de Henlein dans les Sudètes, une réunion entre Henlein et le lord Runciman a eu lieu en 1938 au château de Cerveny Hradek. A l'ordre du jour de celle-ci, les revendications des Allemands des Sudètes et la séparation des Sudètes de la Tchécoslovaquie. Après le déclanchement de la Seconde Guerre mondiale, la famille Hohenlohe a voulu quitter le pays pour s'installer en Espagne, parce que la mère de Pimpinela Hohenlohe était princesse d'Espagne. La famille n'a réussi à partir pour l'Espagne qu'en 1942. Après les événements de 1989, la famille Hohenlohe a voulu restituer ses biens en Tchécoslovaquie mais elle n'a pas réussi, car le château de Cerveny Hradek situé dans les Sudètes a été confisqué sur la base des décrets Benes, en 1945. Au début des années soixante, Pimpinela a visité, pour la première fois après la guerre, le château de Cerveny Hradek. L'image qu'elle a vue n'était pas très encourageante.

Auteurs: Omar Mounir , Astrid Hofmanová
lancer la lecture