Près de 100 000 signatures sous une pétition contre le tabagisme

r_2100x1400_radio_praha.png

Alors que les députés devraient discuter de la loi antitabac dans quelques jours, une pétition intitulée « Stop au tabac » a déjà été signée par près de 100 000 citoyens tchèques de tous les âges, formations ou conviction politiques. La pétition a été remise ce mercredi matin au président de la Chambre des députés, Miloslav Vlček.

On en parle depuis un certain temps, après que de nombreux pays européens et du monde ont interdit de fumer dans les restaurants, en dernier lieu la France à partir du 1er janvier dernier. En Tchéquie, on peut encore, sauf exceptions, fumer dans les restaurants, même aux heures du déjeuner. Par contre, il est interdit d’allumer une cigarette dans les lieux publics, comme les gares, les théâtres, les hôpitaux, les entreprises et même aux arrêts de bus ou à proximité de ceux-ci. Le projet de loi antitabac compte aussi sur une interdiction de fumer dans les établissements de restauration, les bars, les cafés, les terrains de sport et partout où se trouvent des enfants ou des mineurs. Pourtant, cette interdiction pourrait ne pas être totale et c’est la raison pour laquelle une pétition contre le tabac a été lancée pour qu’elle soit valable dans tous les lieux publics sans exception.

Pourquoi lancer une pétition qui a déjà été signée par près de 100 000 personnes, dont, par exemple, par l’éminent professeur Pavel Pafko qui avait opéré l’ancien président Václav Havel d’une tumeur au poumon ? L’un des organisateurs, Lukáš Nádvorník, nous en donne les raisons :

« Je pense que le problème réside dans une chose : quand quelqu’un boit de l’alcool, commet des actes qui nuisent à sa santé, nous n’avons aucun droit d’intervenir. Mais avec le tabac, c’est autre chose, car les fumeurs mettent en danger les personnes qui sont dans la même pièce, ce qui est démontré par les milliers de ces personnes qui décèdent chaque année des conséquences du tabagisme passif, et aujourd’hui, je ne pense pas qu’un médecin ou un scientifique mettrait en doute cette constatation. »

Les organisateurs de la pétition voudraient faire appel aux députés afin qu’ils votent une loi antitabac interdisant totalement le tabac dans tous les lieux publics donc aussi les restaurants, les cafés les discothèques, etc. La position adoptée par certains parlementaires, qui arguent de la liberté d’entreprise et de la liberté en tant que telle, ne leur plaît pas non plus. Le député Boris Šťastný est d’accord avec les auteurs de la pétition. On l’écoute :

« La régulation ne signifie pas automatiquement une atteinte aux libertés. La Charte fondamentale des droits et libertés stipule que chaque citoyen tchèque a droit à la protection de sa santé et le respect de la propriété ne peut limiter ce droit. Les arguments sur la liberté d’entreprise sont faux et la majorité des pays a institué une régulation plus ou moins sévère de la consommation du tabac tout en légalisant aussi la production et la vente des produits du tabac. »

Le président de la Chambre, Miloslav Vlček, présentera la pétition aux députés lors de la discussion de la loi antitabac en troisième lecture, la semaine prochaine.