Prochaines priorités du cabinet tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Le mandat de l'actuel cabinet social-démocrate tchèque expirera dans deux ans. A la mi-chemin, le Premier ministre, Milos Zeman, a dressé un bilan de la période écoulée et annoncé les prochaines priorités.Alena Gebertova.

Le Premier ministre, Milos Zeman, récapitule deux ans de ses activités au moment où la cote de son cabinet aux yeux de la population tchèque augmente peu à peu. Très mal vu, il y a quelques mois encore, le cabinet est apprécié, aujourd'hui, plus favorablement. C'est du moins ce que révèlent les derniers sondages. Ceci serait, en premier lieu, le fruit de l'amélioration de la situation économique dans le pays. Cette relance, confirmée par les dernières données macro-économiques, vient après quelques années de stagnation. L'heure a donc été à l'optimisme pendant la conférence de presse, ce lundi, de Milos Zeman et de deux ministres de son cabinet. Le cabinet réalise avec succès une grande partie de ses promesses électorales et de son programme, ce dont la croissance économique est une preuve. C'est dans cet esprit que se tenaient les discours des représentants du gouvernement social-démocrate au pouvoir.

Milos Zeman a parlé aussi des priorités de son cabinet pour les deux années qui viennent. Ce seront l'enseignement, les transports, le logement et la lutte contre la corruption et la criminalité économique. Ainsi, 17 milliards de couronnes de plus par rapport à cette année seraient débloqués du budget de l'Etat pour l'enseignement. Un domaine sensible à propos duquel le cabinet Zeman est d'ailleurs très souvent critiqué.

Les partis d'opposition, eux, ne voient pas du même oeil les défis à venir. La lutte contre le chômage et la réduction de l'intervention de l'Etat dans le secteur privé, voilà ce qui manque selon eux dans le programme de la social-démocratie.

Fidèle à sa réputation d'homme politique sarcastique, Milos Zeman rétorque en disant : « Un gouvernement intelligent n'a qu'à souhaiter une opposition intelligente.