Protestation de producteurs de denrées alimentaires tchèques

Une série de manifestations contre les réseaux de grands magasins qui, selon la Chambre de l'agriculture, ne proposent pas assez d'aliments produits en Tchéquie, est préparée pour le moins de juin prochain. Nous rappellerons qu'au mois de mars derniers, plus de 200 agriculteurs ont déjà protesté sur le passage frontière de Dolni Dvoriste contre les importations croissantes de viande de porc autrichienne par les chaînes commerciales à des prix cassés menaçant de liquider la production tchèque.

Vaclav Klaus et Jan Veleba, photo: CTK
A une rencontre, lundi, avec le chef de la Chambre des agriculteurs Jan Veleba, le président Vaclav Klaus a exprimé son soutien aux producteurs tchèques face à la position dominante des grandes chaînes commerciales. Selon Jan Veleba, la protestation se déroulera sous forme de blocus de l'approvisionnement de deux chaînes et son objectif est de sensibiliser les politiciens et les consommateurs sur ce problème :

« La première solution serait que les politiciens réagissent à cette situation, qu'une législation soit adoptée pour réguler le comportement des chaînes commerciales. Ensuite, nous aimerions nous centrer sur les consommateurs et les inviter à acheter des produits tchèques, à leur donner la priorité et si nous y parvenons, ce sera une victoire... »

Les représentants des chaînes commerciales ne sont pas d'accord avec les arguments des agriculteurs. Martin Hruska de la société InterSpar, nie l'affirmation selon laquelle les chaînes négocieraient directement avec les agriculteurs étrangers. Ils sont en contact avec les sociétés de traitement et s'ils proposent plus de produits étrangers, c'est à cause de leur qualité plus élevée. Le ministre de l'Agriculture Petr Gandalovic n'est pas d'accord avec la forme de protestation des agriculteurs tchèques. Pour lui, toute régulation du marché est inacceptable :

Petr Gandalovic, photo: CTK
« L'Union européenne est un marché commun basé sur le principe de la liberté des exportations et des importations, et donc, demander l'adoption d'une législation pour pouvoir réguler d'une façon ou d'une autre la circulation des marchandises serait très difficile. »

Pour l'instant, on ignore quelles seront les deux chaînes commerciales contre lesquelles les agriculteurs vont protester. Une chose est certaine, ce ne sera pas le distributeur alimentaire international belge Delhaize qui se retire du marché tchèque. Ce mardi, Delhaize a fermé l'ensemble de ses 96 magasins supermarchés Delvita, en les cédant au groupe allemand Rewe, propriétaire de plus d'une centaine de supermarchés Billa et Penny Market en République tchèque. Delhaize rejoint donc d'autres enseignes occidentales qui se sont retirées du pays, dont l'allemand Julius Meinl et le français Carrefour.

N'empêche que de nouvelles enseignes se dirigent vers la Tchéquie : l'autrichien Immocast qui projette de développer dans le pays un réseau de grands magasins, Stop Shop. Selon le quotidien Hospodarske Noviny, le nombre grands centres commerciaux dans le pays devrait doubler, d'ici à 2009. Et si dans un premier temps, les centres commerciaux étaient implantés en périphérie, ceux qui seront nouvellement réalisés se rapprocheront des centres villes. Après Prague et Brno, le tour est notamment aux villes de Bohême du nord : Liberec, Most, Chomutov. La question est de savoir si ce n'est pas trop pour un pays doté, d'ores est déjà, de la plus forte densité en hypermarchés d'Europe centrale, avec 16 magasins par million d'habitants.