Les agriculteurs tchèques se mobilisent contre la réduction du budget agricole

Le 13 octobre prochain, les agriculteurs veulent bloquer avec des tracteurs les principaux axes routiers menant à Prague, ainsi que l’accès au siège du gouvernement, pour protester contre la diminution des paiements directs et une dégradation de leur situation par rapport aux fermiers autrichiens et allemands.

České zemědělství je permanentně k pláči...?
Les formes de la protestation nationale des agriculteurs seront encore à concrétiser, jeudi prochain à l’occasion de la rencontre nationale des représentants de la Chambre agricole. Selon son président Jan Veleba, la protestation est une réaction au projet de budget pour 2009 qui réduit de 2,8 milliards de couronnes les paiements directs aux agriculteurs ce qui aurait selon, Veleba, des retombées négatives de longue durée sur l’ensemble de l’industrie agro-alimentaire et sur la capacité de concurrence des fermiers tchèques :

« Nous refusons d’aller au-dessous du budget actuel car il n’y a pas que l’année prochaine qui est en jeu : en 2008, une nouvelle période de référence de l’UE débutera et ce sera à partir des paiements de 2008 que la compensation budgétaire pour la période d’après 2013 sera calculée. »

L’objectif des agriculteurs tchèques est que le niveau de leurs dotations directes atteigne 90% de celui des fermiers autrichiens et allemands, alors que selon le budget proposé, il ne s’élèverait qu’à 78%. C’est ce lundi que le gouvernement a adopté le projet du budget de l’Etat pour 2009 dans lequel le chapitre agricole est réduit de 4 milliards de couronnes par rapport à cette année. Raison pour laquelle les fermiers ont décidé d’exporter leur mécontentement devant le siège du gouvernement. Autre raison de leur action : les subventions européennes à l’agriculture tchèque devraient baisser de 5 milliards, en 2009, par rapport à cette année. Le ministre Petr Gandalovič cherche à calmer la situation :

« Dans le cadre du programme de développement des campagnes financé à partir des fonds européens, près de 10 milliards de couronnes sont injectés annuellement dans l’agriculture tchèque, ce qui est une somme dont elle n’a jamais bénéficié auparavant. »

En 2007, les agriculteurs tchèques ont obtenu 23,5 milliards de couronnes sur les dotations nationales et européennes. Grâce à cela, le bénéfice réalisé a dépassé 13 milliards de couronnes soit un double du résultat économique de 2006.

L’avenir de l’agriculture, plus précisément le maintien de la Politique agricole commune après 2013, a été discuté cette semaine par les ministres des Vingt-Sept à Annecy. La République tchèque qui succèdera, en janvier, à la France à la présidence du Conseil de l’UE y aura aussi son mot à dire : l’une de ses priorités sera de lancer le débat sur le sens de la PAC, notamment sur les réductions annuelles des moyens financiers versés aux fermiers européens. L’objectif des Tchèques, selon Petr Gandalovič, sera de faire prévaloir un système de paiements des dotations aux fermiers en fonction de la surface de leur exploitation, et non pas en fonction de leur production.