PSA et Toyota sortent leurs griffes à Kolin

r_2100x1400_radio_praha.png

Le 12 juillet 2001, les présidents de Toyota et de PSA Peugeot Citroën signaient un mémorandum et un accord concernant le développement et la production en commun de voitures. Quelques semaines plus tard, c'est le choix du site de Kolin, à une soixantaine de kilomètres de Prague, qui était officiellement annoncé. La perspective de l'implantation de la joint venture Toyota Peugeot Citroën Automobiles (TPCA) avait alors soulevé d'immenses espoirs dans la région. Trois ans après, où en est-on? Un état des lieux dressé avec l'executive vice-président de TPCA, Jean-Pierre Chantossel, au micro de Radio Prague:

"Aujourd'hui, nous avons terminé la construction de tous les bâtiments et nous engageons la réception des premiers équipements. Les installations seront à peu près finies en août 2004 et le lancement est toujours prévu pour la fin février 2005"

Combien d'emplois vont pouvoir être créés dans la région?

"Nous considérons que pour un emploi créé par la société, ce sont deux à trois fois plus d'emplois qui seront créés au niveau de la région. Pour les 3000 emplois qui seront créés à TPCA, nous estimons entre 7000 et 9000 le nombre d'emplois créés dans la région."

Une campagne de recrutement a-t-elle déjà été entamée?

"Nous avons déjà commencé fin 2002 pour recruter les principaux managers tchèques. En 2003, nous avons engagé une campagne de recrutement très intense, qui se poursuit aujourd'hui. Actuellement nous avons 700 personnes à embaucher d'ici le mois de juillet. Notre objectif est d'atteindre 1500 employés fin 2004. On a recruté d'abord les managers, ingénieurs et techniciens puis désormais les chefs opérateurs et les opérateurs. In fine, nous serons près de 2950 personnes, dont 26 Japonais, 9 Français et le reste de Tchèques, avec également quelques Slovaques. »

La communication est-elle parfois difficile entre les membres japonais, français et tchèques de l'entreprise?

"Le premier problème est d'avoir un langage commun. Il n'est pas très facile et très confortable à vivre tous les jours. L'anglais est la langue de la société. Globalement TPCA s'enrichit du mélange des cultures tchèque, japonaise et française. C'est vrai cependant qu'on n'aborde pas tous les problèmes de la même façon, des fois il y a quelques petites incompréhensions. Mais d'une manière générale, on avance, dans les délais, sans grosses difficultés, ou alors on les applanit."

Le recrutement se fait-il en priorité localement?

"Nous travaillons en priorité avec la région de Kolin et ses alentours. Les logements prévus par la municipalité ne sont pas encore terminés, donc nous avons intérêt à recruter dans la région. C'est intéressant pour Kolin et c'est intéressant pour TPCA."

Avez-vous déjà sélectionné vos futurs sous-traitants?

"Il y a plusieurs types de sous-traitance, et d'abord toutes les pièces qui font la structure et l'habillage de la voiture. Pour cela, tous les fournisseurs ont été recrutés, soit environ 140 au total, et 70 à 80% du chiffre d'affaires sera réalisé en République tchèque par des entreprises déjà installées comme Valeo ou Siemens. A côté, tous les achats de matériel et d'équipement ont été faits en Europe et au Japon. Pour le reste, la maintenance, la vie de tous les jours de l'entreprise, tout cela est assuré soit par des sociétés déjà implantées en République tchèque, soit par des sociétés tchèques."