Que de la gueule

Mlsná huba, photo: Štěpánka Budková
0:00
/
0:00

Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! « La vie te casse tant de fois la gueule » - « Život ti hubu kolikrát nabije » : telle est une des phrases que l’on retrouve dans la chanson intitulée « Nesmíš se vzdát » - « Tu ne dois pas abandonner », du groupe Alkehol, et qui va faire l’objet de notre attention pour cette fois. Plus que la phrase en elle-même, c’est le mot « huba » - « gueule », qui va notamment nous intéresser. Comme en français, il s’agit en effet d’un mot qui possède différentes significations…

Photo: Archives de Radio Prague
En tchèque, le mot « gueule » - « huba », peut être employé selon différents sens. Comme en français, il désigne avant tout la bouche de certains animaux, surtout carnassiers. Ensuite, « huba » est utilisé pour indiquer d'une manière plus imagée la bouche humaine. Ainsi, par exemple, pour une personne très bavarde, comme une pipelette, il existe deux expressions similaires. La première : « Huba jí jede, jako by ji namazal », soit, littéralement, « elle fait aller sa gueule comme si elle l'avait enduite, graissée » ; et la deuxième: « Huba jí jede jako mlejn », c'est-à-dire « elle fait aller sa gueule comme un moulin », expression relativement proche de ce que l'on connaît en français avec « un moulin à paroles ».

Toujours dans le même registre, c'est à dire l'emploi du mot « gueule » pour désigner la bouche qui sert à parler ou crier, on pourra encore mentionner les quelques expressions suivantes. Par exemple, l'équivalent tchèque de « avoir la bouche cousue », ou « être muet comme une carpe », est « dát si hubu na řetěz » ou « dát si hubu na zámek », soit « mettre, attacher une chaîne ou une serrure à la gueule ». Lorsque l'on veut faire attention à ce que l'on dit, à ce qui pourrait sortir de notre bouche, on dira « dát si pozor na hubu » - « faire attention à sa gueule ». De quelqu'un qui parle plus qu'il ne travaille, qui est plus fort en paroles qu'en actes, on dira « dělá spíš hubou než rukama », ce qui, traduit mot à mot, donne : « il en fait plus avec sa gueule qu'avec ses mains ». Dans le même ordre d’idée, il existe aussi l’expression « dělá jenom hubou » - « il ne fait que de la gueule », ce qui signifie que l'accusé en question parle certes beaucoup, mais ne fait rien, ne travaille pas. En français, l’équivalent serait « n’avoir que de la gueule », se vanter d’être capable d’une action sans jamais passer à l’acte.

Mlsná huba, photo: Štěpánka Budková
Enfin, à propos d'une personne parlant beaucoup de quelque chose qui l'a marquée ou l'intéresse, on pourra entendre dire « má plnou hubu něčeho » - soit, littéralement, « il a la gueule pleine de quelque chose », il ne parle que d'un sujet, « que de ça », pourrait-on dire.

Toutefois, pour signifier à une personne qui n'arrête pas de parler qu'elle ferait mieux de se taire parce qu'elle en devient lassante à force, les Tchèques peuvent s'exclamer « Že tě huba nebolí ! », ce qui, traduit librement en français, donnerait une interrogation du style : « Tu n'as pas mal à la gueule à force de parler ? ».

En tchèque, « huba » peut bien entendu également désigner la bouche comme l'organe servant à se nourrir. Une fiche bouche, une fine gueule, bref une personne qui aime bien manger, sera qualifiée de « mlsná huba », soit, traduit mot à mot, « gueule friande, gourmande ».

Photo: wicked, stock.xchng
Comme en français, la gueule peut aussi être considérée comme la figure, le visage. Ainsi, « se faire casser la gueule » se dit « dostat přes hubu », soit, littéralement, « recevoir sur la gueule ».

Enfin, l'équivalent tchèque de l'expression « avoir quelque chose sous le nez », c'est à dire très prés de soi, à portée de main, est « mít něco přímo pod hubou », soit « avoir quelque chose juste sous la gueule ».

Hubička, photo: Štěpánka Budková
Ainsi s’achève ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions relatives à la « gueule » - « huba ». Pour être complet, terminons encore avec ce que les Tchèques appellent parfois tendrement des « hubičky », diminutif que l'on pourrait interpréter comme « petites gueules ». En fait, dans le cas présent, ce mot signifie « bisous, petits baisers », puisque « baiser » en tchèque se dit « pusa », un terme qui désigne également la bouche. « Petit bisou » pouvant également se dire « pusinka », soit « petite bouche », on en arrive ainsi donc parfois à « hubička ». Voilà, nous vous quittons donc en vous envoyant de « petites gueules », portez-vous aussi du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !


Rediffusion du 14/05/2011