Quiproquo autour d'un marché public

r_2100x1400_radio_praha.png

La présidence du Parti civique démocrate de Vaclav Klaus aussi bien que la coalition des Quatre ont refusé l'invitation que leur fait le gouvernement, de participer à la commission chargée de choisir l'avion de guerre appelé à équiper l'armée tchèque, soit un marché de 80 à 100 milliards de couronnes, environs 20 milliards de FF. Motif de ce refus: les ministres ne doivent pas se décharger de leur responsabilité sur d'autres. De plus, le parti de Vaclav Klaus n'est pas d'accord avec l'achat de ces avions. Petr Necas, chef de la commission parlementaire pour la défense et vice-président de l'ODS, parle de "tentative de noyer la responsabilité." Ces partis reprochent aussi au gouvernement de les avoir attirés dans cette affaire à la dernière minute, et sans qu'ils soient informés dans la même étendue que les ministres. En réaction, le ministère de la Défense parle de méprise. Selon son porte-parole, il n'est pas question de responsabilité mais simplement de participation à titre d'information. Pour la fourniture de 24 à 36 avions, sont alignés la société BAE Systems, avec l'avion Grippen, McDonnell-Douglas/Boeing avec le F 18, Lookheed Martin avec le F 16 et le Français Dassault avec le Mirage 2000-5.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture