Réactions au refus, par la République tchèque, de la résolution de l'ONU

Bethléem (Photo: CTK)

La République tchèque, nous l'avons déjà dit, est l'un des cinq Etats qui n'ont pas soutenu la résolution de l'ONU dénonçant la violence de l'Etat d'Israël contre les Paléstiniens. Alena Gebertova résume les réactions, que cette attitude lui a valu dans le pays.

Bethléem (Photo: CTK)
La majorité des politiciens tchèques ont accepté positivement la position officielle de l'Etat tchèque qui juge que le texte de la résolution en question n'est pas équilibré. Lubomir Zaoralek de la social-démocratie, chef de la Commission des Affaires étrangères à la Chambre des députés, insiste sur la partialité de la résolution, qui n'évoque que les violences commises par Israël. Ceci dit, il tient pleinement compte du fait que l'actuelle politique d'Israel contribue au réchauffement du conflit dans la région... L'attitude des représentants du principal parti de droite, l'ODS, est, pour une fois, proche de celle de leur rival politique, la social-démocratie. Ivan Langr a déclaré au journal Pravo: "... Je suis très inquiété par la tendance prédominante en Europe consistant à condamner la politique d'Israël qui se défend contre les attaques terroristes sur son territoire..." Les communistes tchèques, eux, prennent leur distance de l'approche de la République tchèque à l'égard de la résolution de l'ONU.... Ce n'est pas une démarche raisonnable, car il faut tisser des liens de confiance entre les deux parties bélligérantes, déclare le député Miroslav Randsdorf.

Bethléem (Photo: CTK)
La récente attitude de la République tchèque est très appréciée par les confédérations juives... C'est un pas important de la partie tchèque contre la propagande arabe, dit Tomas Jelinek, président de la Confédération juive de Prague. Et de rappeler, toujours sur les pages du journal Pravo, que la Tchécoslovaquie avait soutenu, à l'époque, la création de l'Etat d'Israël.

En revanche, l'Ambassade de Palestine à Prague, en réaction au vote de la République tchèque à Genève, a formulé clairement sa déception... Cette attitude ne répond pas à la politique étrangère proclamée de la République tchèque à l'égard de la question palestinienne et des droits de l'homme, peut-on lire dans sa proclamation.

En ce qui concerne les musulmans vivant en Tchéquie, ils font appel aux représentants politiques tchèques, les invitant à respecter et à accomplir les résolutions de l'ONU.