Réactions tchèques à la création d'embryons humains clonés

r_2100x1400_radio_praha.png

Un espoir, mais aussi un risque pour l'humanité. Telles sont des réactions tchèques à la création des premiers embryons humains clonés par la firme américaine Advanced Cell Technology, ACT. Jarka Gissubelova les a lues pour vous.

La nouvelle a été annoncée dimanche. L'équipe de biotechnologie de la firme ACT a réussi la création d'embryons humains à partir de cellules de peau prélevée sur des adultes. Le noyau de cellules de la peau contenant le patrimoine génétique complet a été injecté dans des ovules vidées du matériel génétique. En trois jour, les oeufs sont devenus des embryons de six cellules. Ces dernières permettent un usage universel et peuvent servir de tissus de substitution parfaitement compatibles. La firme veut utiliser cette technique pour réaliser des clonages thérapeutiques. La nouvelle a déclenché une avalanche de réactions. Toute la question est de savoir si le pas franchi peut être considéré comme un succès évident, où s'il y a des aspects éthiques à craindre. Selon le docteur David Rath, président de l'Ordre tchèque des médecins, il s'agit d'un progrès incontestable, comparable à la découverte de la vaccination et des antibiotiques. Pour le docteur Martin Bojar, chef de clinique neurologique de Prague-Motol, le clonage représente un grave problème éthique: à partir de quel moment faut-il considérer l'amas de cellules comme le futur germe d'un être humain? La présidente de l'Association Alzheimer tchèque, Iva Holmerova, se félicite du clonage humain en tant qu'espoir pour des personnes souffrant de maladies dégénératives du système nerveux. Le professeur Jan Motlik, de l'Institut de physiologie et de génétique de l'Académie des sciences, précise que l'expérience des savants américains n'a pratiquement rien à voir avec le clonage. A ses dires, il s'agit de thérapie cellulaire, de tentative de créer une ligne de cellules d'embryons sur mesure. D'après le porte-parole du ministère de la Santé, Otakar Cerny, l'expérience des chercheurs américains pourrait, théoriquement, être réalisée en Tchéquie. La législation tchèque autorise les expériences sur des cellules. C'est la création d'embryons humains clonés contenant le patrimoine génétique sélectionné d'avance, qui est interdite en République tchèque, depuis le 1er octobre 2001.