Réactions tchèques à l'arrestation de Slobodan Milosevic

r_2100x1400_radio_praha.png

L'arrestation de l'ancien président yougoslave Slobodan Milosevic, dimanche matin, dans sa villa de Belgrade, a été positivement accueillie par la représentation politique tchèque, à l'exception des communistes. Jaroslava Gissubelova résume:

Selon le Président Vaclav Havel, l'arrestation de Slobodan Milosevic était une question de temps. Il faut laisser comprendre tous ceux qui sont responsables de la situation dans les Balkans qu'ils n'échapperont pas à la punition, a indiqué le Président tchèque. Il saluerait si Milosevic était jugé devant le Tribunal pénal international de la Haye, mais il sait imaginer l'ex-président yougoslave répondre de ses actes devant le tribunal de son pays. Jiri Dienstbier, rapporteur de l'ONU pour les droits de l'homme dans l'ancienne Yougoslavie, a dit à la Radio tchèque que la majorité des Serbes souhaitent que Milosevic purge sa peine dans une prison serbe. Le député communiste, Vojtech Filip, rejette catégoriquement l'extradition de Slobodan Milosevic devant le Tribunal de La Haye estimant que Milosevic saura se défendre devant le tribunal yougoslave. Car, selon le député communiste, Milosevic n'est pas responsable de la situation dans les Balkans.

A la une, la presse tchèque commente largement l'arrestation de l'ex-président yougoslave. En se référant à la Radio de Belgrade B 92, le quotidien Mlada fronta Dnes informe de la trouvaille, dans sa résidence, d'une importante quantité d'armes et de munitions, y compris deux véhicules blindés, et des plans détaillant les préparatifs d'un soulèvement prévu pour le mois d'avril. Pour l'instant, Milosevic a été placé en détention provisoire pour une durée de 30 jours dans la prison centrale de Belgrade. Entre-temps, un second mandat d'arrêt contre lui, concernant les crimes de guerre, est prêt à La Haye...