« Regarder la vie avec des lunettes roses » et « décrocher le bleu du ciel »

vetrnik.jpg

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! L'hiver touchant à sa fin et le printemps arrivant à grand pas, c'est aux couleurs - barvy, que nous allons nous intéresser pour cette fois. Un nouveau thème qui, une nouvelle fois, va nous permettre de découvrir combien la langue tchèque est riche en expressions...

Mais avant ces quelques expressions relatives aux couleurs mêmes, c'est sur le mot « couleur » - barva, que nous allons nous pencher. Ainsi, de quelqu'un dont on dit qu'il « a une bonne couleur » - « má dobrou barvu », c'est parce qu'il va bien ou a au moins l'air d'être en bonne santé. En revanche, si la personne en question « change de couleur » - « mění barvu », cela peut signifier qu'elle pâlit ou qu'elle rougit. « Měnit barvu » peut également vouloir dire « changer d'opinion, d'état d'esprit », en somme « être versatile, inconstant ». Dans le même genre d'idées, on entend parfois que quelqu'un « a inverti, retourné la couleur » - « obrátil barvu », c'est-à-dire qu'il a changé le sujet de la conversation. Autre très belle expression, celle selon laquelle « donner une couleur enjouée, joyeuse à quelque chose » - « dát veselou barvu něčemu », indique que l'on a changé quelque chose en plaisanterie.

Nous avons évoqué le verbe « rougir » - « červenat se », qui en tchèque comme en français indique que le visage devient rouge sous l'effet d'une émotion. On peut donc rougir de plaisir, mais aussi, bien entendu, de honte. Mais de quelqu'un de dévergondé, d'impudent, d'effronté, qui n'est ni pudique, ni timide, les Tchèques diront parfois qu'il « ne connaît pas les couleurs de la brique » - « nezná cihlové barvy ». A propos de la couleur rouge - červená, lorsque l'on dort tout son soûl, que l'on passe une bonne nuit, il s'agit littéralement de « dormir dans le rouge » - « vyspat se do červena ». Toutefois, plus généralement, on dira plutôt « dormir dans le rose » - « vyspat se do růžova ». Bref, tout le contraire de « passer une nuit blanche ».

On retrouve d'ailleurs le rose - růžová, une couleur à la fois agréable, gaie, positive, optimiste, dans de nombreuses expressions. Ainsi, comme en français, les Tchèques peuvent « voir la vie en rose » - « dívat se na svět růžově ». Pour cela, on a toutefois parfois besoin de lunettes comme le laisse à penser l'expression suivante : « dívat se růžovými brýlemi », soit, traduit mot à mot, « regarder avec des lunettes roses ». Mais bon, et vous en conviendrez avec nous, lunettes ou pas, l'essentiel est bien de voir la vie en rose...

Malheureusement, il arrive parfois que l'on soit plus pessimiste, que l'on broie du noir, que l'on ait les idées noires, de sombres pensées et que l'on « voit la vie en noir » - « dívat se na svět černě », ou en gris - « dívat se na svět šedivě », ce qui est certes un peu plus clair, mais guère plus réjouissant tout de même. On remarquera d'ailleurs que le noir - černá, s'oppose à deux couleurs : au rose, donc, comme nous venons de le constater, mais aussi, bien entendu, au blanc. Par exemple, de quelque chose, de quelqu'un qui ne vous fait aucun effet, qui ne procure aucun sentiment, on entendra parfois dire qu'il « n'est ni blanc ni noir » - « není ani bílý, ani černý », ce qui en français équivaut plutôt à « n'être ni chaud ni froid », c'est-à-dire ni l'un ni l'autre. Pour exprimer le fait que l'on dit les choses telles qu'elles sont dans la réalité, franchement, il existe l'expression suivante : « říkat černému černé a bílému bílé », soit « dire que le noir est noir et le blanc blanc ». En français, cela équivaut à « appeler un chat un chat ». A l'inverse, il arrive parfois de « ne dire ni noir ni blanc » - « neříkat ani černé ani bílé », et de ne pas se prononcer, ne pas prendre position.

Enfin, pour en terminer avec le noir, signalons encore qu'en tchèque, « mettre dans le mille, en plein dans le mille » se dit « trefit do černého », soit littéralement « mettre dans le noir ». Toutefois, la même expression peut également pouvoir signifier « deviner la vérité, un secret ». Enfin, « mířit do černého » - « viser le noir » indique que l'on aborde un sujet sans tourner autour du pot, que l'on va droit au but.

Avec le rouge déjà évoqué, le vert - zelená, et le bleu - modrá, sont les deux autres couleurs primaires. Notons que pour les Tchèques, quelqu'un dont on affirme qu'il est « encore vert » - « ten je ještě zelený », est généralement un petit jeune sans expérience, qui ne peut pas encore être tout à fait considéré comme un homme, un blanc-bec en quelque sorte. Inversement, nous avons trouvé trace d'une très belle expression, certes rarement employée, servant à désigner quelqu'un d'intelligent, ou plutôt à la fois habile, dégourdi, malin, rusé : « ten nebyl za zelena utržený », soit « celui-là n'a pas été cueilli quand il était encore vert ».

Enfin, concluons avec le bleu, une couleur qui nous permettra de conclure avec ces deux expressions magnifiques : « slibovat modré z nebe » - « promettre le bleu du ciel » et équivalent de « promettre la lune » en français, c'est-à-dire promettre monts et merveilles et même l'impossible, et, bien entendu, « décrocher pour elle le bleu du ciel » - « snést jí modré z nebe », ou si vous préférez « décrocher la lune » pour figurer que l'on ferait l'impossible pour faire plaisir à quelqu'un et satisfaire ses souhaits.

C'est donc avec un petit coin de ciel bleu qui nous permet de voir la vie en rose que se referme ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions de la langue tchèque relatives aux couleurs. En espérant que vous conserviez ces fameuses lunettes roses que nous évoquées sur le bout de votre nez au moins jusqu'à notre prochain rendez-vous la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nelíp!, portez le soleil et ses couleurs en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !