Retour des trams sur la place Venceslas : de l’urbanisme et de la politique

La place Venceslas, photo: ČT24

Les tramways longeaient l’élégante place Venceslas dès la fin du 19ème siècle, et ce jusqu’au mois de décembre 1980, date à laquelle la ligne reliant le quartier de Vinohrady à la rue Na Příkopech a été définitivement supprimée. Depuis le début des années 2000, le retour des trams sur cette avenue considérée souvent comme l’équivalent pragois des Champs-Elysées est devenu un thème récurrent du débat sur son futur aménagement urbain. Ce mercredi, la mairie de Prague a rouvert la question d’amener une voie de tramway sur la partie supérieure de la place avec pour objectif d’alléger les zones où la concentration de transport est trop élevée. Quelles chances pour cette variante ?

La place Venceslas, photo: ČT24
Le transport en commun pragois fait souvent objet d’éloges et il est vrai, que pour les déplacements dans la capitale, le tram, le bus ou le métro représentent – jour et nuit – un moyen sûr, rapide et relativement peu coûteux. Toutefois, le système a ses faiblesses, notamment dans une des zones les plus fréquentées : la « magistrála », voie rapide au trafic très important, tranche la ville en deux en son plein cœur, entre le Musée national et la place Venceslas. Si plus de 100 000 voitures empruntent tous les jours cet axe nord-sud, les habitants et les touristes non motorisés peinent à la traverser pour se rendre, par exemple, depuis le quartier de Vinohrady à l’Opéra d’Etat ou encore à la Gare centrale. Pourtant, un projet d’aménagement urbain envisageant une connexion par le tramway est discuté depuis une dizaine d’années. Pour la dernière fois, c’était ce mercredi. Nous écoutons la porte-parole de la mairie de Prague, Petra Hrubá :

« Les représentants municipaux ont approuvé ce mercredi un projet de modification du plan d’aménagement urbain qui devrait permettre de construire une nouvelle ligne de tram entre le quartier de Vinohrady, la place Venceslas et la Gare centrale. Néanmoins, cette décision ne donne pas le feu vert aux constructions. La mairie de Prague tente par-là de résoudre le problème de la surcharge du nœud de correspondances à I.P. Pavlova, car dès qu’il y a le moindre problème à cet endroit, cela paralyse l’ensemble du réseau pragois. Selon nous c’est donc précisément cette solution qui permettrait le mieux de résoudre la situation. Le projet de modification n’exclue pas la possibilité de réintroduire les trams le long de la place Venceslas, mais cette variante a de fervents adversaires. »

En effet, bien que ce soit l’administration de la ville entière qui décide de l’aménagement urbain, cette zone relève de la compétence de la mairie du premier arrondissement, qui rejette résolument toute idée d'un retour des trams sur la place Venceslas. Le maire Oldřich Lomecký du parti libéral TOP 09 explique sa position :

« Nous nous opposons à ce que la place Venceslas soit de nouveau divisée de haut en bas. Cette place est très bien desservie, il n’y a pas de raison d’encombrer d’avantage l’espace public par une voie supplémentaire de transport urbain. Cela aurait pour conséquence que la plupart des actuels piétons traverseraient la place en tram, sans parler de la nécessité d’installer le réseau du fil trolley ou de réaliser d’autres travaux d’infrastructure. »

La place Venceslas, photo: Oleg Fetisov
Cette opposition chronique du premier arrondissement a donc donné naissance à un autre projet, actuellement plus plausible, qui consisterait en la construction d’une voie reliant par le rail la rue Vinohradská, le parc Vrchlického sady, la Gare centrale jusqu'à la gare de Masaryk, et contournerait la place Venceslas. Toutefois, de nombreuses organisations et associations citoyennes souhaiteraient revoir le tram longer la place Venceslas, pour rendre cet espace public aux habitants ordinaires. Président de l’association de la Nouvelle ville de Prague Jan Adámek dément avec optimisme les arguments du maire Lomecký :

« Je suis persuadé que cette ligne de tram va être construite un jour, même si cela va prendre encore de nombreuses années. Elle devrait descendre jusqu’à la rue de Příkopy, puis rejoindre la place de la République, la gare Masaryk jusqu’à Florenc au huitième arrondissement. Bien évidemment, les trams n’auront pas de fil électriques. Aujourd’hui, avec les tramways modernes, construits pour circuler en centre-ville, l’électricité est intégrée dans les rails. Il n’y aura donc pas de fils trolley, ni de poteaux supplémentaires. Mais je suis persuadé de la nécessité de l’introduction de cette ligne à l’avenir. »

La suite de ce bras de fer entre politiques et urbanistes dans une de nos prochaines émissions.