Roland-Garros : Nicole Vaidisova frappe un grand coup

Nicole Vaidisova, photo: CTK

Grand coup de froid, dimanche, sur le court central de Roland-Garros, où Nicole Vaidisova a mis fin au rêve d'Amélie Mauresmo de s'imposer enfin devant le public parisien. A tout juste dix-sept ans, la Tchèque, seizième joueuse mondiale, est venue à bout, en huitième de finale, de la Française, numéro un mondiale, en trois sets (6-7, 6-1, 6-2).

Nicole Vaidisova, photo: CTK
Après une première manche très accrochée concédée au tie-break en 1h13', Vaidisova s'est ensuite appuyée sur son arme principale, un service puissant, pour placer Mauresmo sous pression et dicter le tempo d'une partie finalement bouclée en un peu plus de deux heures. La Tchèque a pris ainsi sa revanche sur la Française qui l'avait littéralement balayée en moins d'une heure en janvier dernier, en Australie, lors du premier tournoi du Grand Chelem de la saison. Après cette démonstration de talent, Nicole Vaidisaova avait donc toutes les raisons d'être satisfaite :

« Je pense que c'est un match que j'ai gagné grâce à ma combativité. Après la perte du premier set, j'ai continué à jouer et je me suis efforcée de positiver. Bien entendu, j'étais un peu nerveuse en début de match, mes déplacements sur le court n'étaient pas bons. Mais à la fin du jeu décisif perdu, au changement de côté, j'ai soufflé un bon coup, je me suis dit qu'il fallait oublier la première manche et tenter de nouveau ma chance. Je savais qu'il fallait que je sois plus agressive sur le court, car Amélie est très bine préparée physiquement, elle renvoie toutes les balles. Il y a eu des longs échanges et si je ne les avais pas raccourcis, nous pourrions jouer encore demain. J'y suis parvenue et j'en suis très satisfaite. »

Pour le premier quart de finale dans une épreuve du Grand Chelem de sa carrière, la Tchèque sera opposée, mardi, à l'Américaine Venus Williams, tête de série n° 11 du tournoi.

Tomas Berdych et Roger Federer, photo: CTK
Chez les hommes, en revanche, il ne reste plus de représentant tchèque après la défaite de Tomas Berdych, dimanche en huitième de finale, en trois sets, contre le Suisse Roger Federer (3-6, 2-6, 3-6). Face au numéro un mondial, vainqueur des trois dernières levées du Grand Chelem, le jeune Tchèque, vingtième joueur mondial, a pu mesurer toute l'étendue de son impuissance :

« Roger ne m'a laissé pratiquement aucune chance. Je pense que j'ai déjà beaucoup mieux joué ici à Paris. J'ai fait beaucoup de fautes en début de match, notamment en revers. Physiquement, j'ai manqué un peu de fraîcheur, mon jeu de jambes n'était pas bon, je n'étais pas bien présent sur la balle, sans doute parce que j'ai disputé pas mal de matches ces derniers temps. Et puis, j'ai eu un eu de malchance au tirage au sort en tombant sur la première tête de série, car Federer est vraiment exceptionnel. »

Vendredi, l'autre joueur tchèque encore en course, Radek Stepanek, tête de série n° 11, avait été sorti dès le troisième tour en quatre sets (7-5, 5-7, 6-7, 3-6) par le Français julien Benneteau.