Sandra Le Dréan, l'emblème du basket féminin français, est arrivée dans son nouveau club pragois

Sandra Le Dréan (à gauche), photo: CTK

Au printemps dernier, l'annonce de la signature de l'ailière internationale française de basket Sandra Le Dréan à l'USK Prague avait pour le moins surpris. La meilleure joueuse du championnat de France 2005, sacrée, entre autres, double championne d'Europe avec Valenciennes, avait tout simplement décidé de donner une nouvelle orientation à sa carrière et de vivre une nouvelle expérience à l'étranger. Et son choix s'est porté sur Prague, une ville dans laquelle Sandra Le Dréan est arrivée dimanche. Présentée aux médias tchèques dès le lendemain, elle s'est confiée au micro de Radio Prague :

Sandra Le Dréan (à gauche), photo: CTK
-Sandra, vous venez tout juste d'arriver dans votre nouveau club et avez reçu votre nouveau maillot jaune et bleu comme à Valenciennes. Vous cherchiez le changement, mais on a presque envie de dire qu'il n'y en a finalement que très peu...

« Si, justement. Je pense que le seul point commun est la couleur du maillot. Après, c'est vraiment un grand changement pour moi que de venir jouer à Prague. J'avais envie d'une expérience à l'étranger et je suis prête pour vivre une très belle aventure avec mon nouveau club, son groupe et les gens qui m'ont accueilli très chaleureusement depuis dimanche. J'espère que ça va m'apporter tout ce que j'attends d'une expérience à l'étranger et que tout va bien se passer. »

-Pourquoi ce choix de Prague ? En France, vous étiez dans un club au top depuis plusieurs saisons. Vous arrivez en République tchèque dans un club et une équipe certes en construction, mais dans un championnat très déséquilibré avec Brno intouchable en championnat et vainqueur de la dernière Euroligue. Ensuite, il y a votre équipe, l'USK Prague, et derrière le reste. A quoi vous attendez-vous donc sur le plan sportif ?

« J'ai vraiment eu l'impression d'avoir tout vécu avec Valenciennes, peut-être d'avoir été au bout de ce que je devais faire avec ce club et il était vraiment temps pour moi de partir. Le projet de Prague m'a vraiment intéressé parce qu'il y a une équipe en construction qui veut prendre le temps de bien poser les bases pour essayer d'aller chercher des belles victoires. Le discours de l'entraîneur et des dirigeants m'a plu. C'est tout cela qui a motivé mon choix. »

-Vous évoquez une équipe en construction, un club avec des projets, or vous n'avez signé que pour une seule saison...

« Oui. C'est ma première saison à l'étranger, je veux donc d'abord voir comment je vis cette aventure avant de m'engager sur du plus long terme. Pour l'instant, je n'ai aucune certitude pour savoir si ça va bien se passer ou pas par rapport à ce que je vais ressentir. Pour l'instant, je suis très contente d'être là et j'espère que tout va bien se passer, mais je ne pouvais pas m'engager pour plus d'une saison pour une première expérience à l'étranger. »