« Ses parents l'ont fait dans le noir »

r_2100x1400_radio_praha.png

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha! Pour cette fois, nous avons décidé de nous faire plaisir, et à vous aussi nous l'espérons, en établissant un florilège des expressions de la langue tchèque employées pour caractériser de manière figurée les idiots, les ignorants, les personnes dénuées d'intelligence, de bon sens et manquant de jugement. Bref, c'est à tous ceux que l'on qualifie également de bêtes, bêtas, de stupides, de sots, de nigauds ou encore d'imbéciles que nous allons nous intéresser en faisant bien attention de ne pas dire nous-mêmes de bêtises...

Avant de commencer, précisons que l'objet de notre étude n'est nullement de nous moquer, mais simplement de nous amuser gentiment de la richesse et de la diversité des expressions et comparaisons qui figurent dans la langue tchèque pour décrire un comportement, un raisonnement idiot. D'ailleurs, entre autres pour leur naïveté que nous leur envions parfois, ces « idiots » ou simples d'esprit nous sont bien souvent fort sympathiques, comme cela est le cas, par exemple, dans les campagnes, avec le fameux « idiot du village ». Une figure qui a toujours été respectée comme celle d'un individu certes marginal mais doté d'une certaine vision plus ou moins fine des choses et des affaires du village. Bref, vous l'aurez compris, loin de nous l'idée de porter un quelconque jugement sur qui que ce soit puis parce qu'après tout la bêtise comme l'intelligence sont des notions fort relatives.

Quoiqu'il en soit, les idiots et leurs raisonnements ne nous sont pas indifférents et les Tchèques ne manquent pas d'imagination pour les dépeindre, les représenter. Ainsi, de quelqu'un manquant de bon sens, ils diront parfois qu'il « n'était pas à la maison ou dormait quand le bon Dieu a distribué l'intelligence, la raison » - « nebyl doma, zaspal když pánbůh rozdal rozum », ou au contraire qu'il « y est allé deux fois quand le bon Dieu distribuait la bêtise » - « šel dvakrát, když pánbůh rozdával hloupost », que « le Saint-Esprit a oublié de l'illuminer » - « Duch svatý ho zapomněl osvítit », ou encore qu'il « n'a pas le don de l'Esprit Saint » - « nemá dar Ducha svatého ». Ceci dit, admettons que nous sommes très nombreux à ne pas le posséder.

Comme en français et dans beaucoup d'autres langues, en tchèque, on retrouve également beaucoup d'expressions se rapportant aux animaux. Ainsi, il arrive bien entendu que quelqu'un, généralement un enfant s'il n'apprend pas bien ses leçons, « attrape des oreilles d'âne, de baudet » - « dostal oslí uši ». Parfois même il « ne sait pas où est la queue de la chèvre » - « neví, kde má koza ocas ». Dès lors, on pourra avoir recours à l'expression selon laquelle « s Tebou mluvit a s kozou se modlit, to je jedno », soit « parler avec toi ou dire sa prière avec une chèvre, c'est la même chose ». Mais allez savoir pourquoi il en est ainsi... Enfin, toujours en rapport avec les animaux, dont il convient de remarquer qu'aucun d'entre eux n'est réputé pour son intelligence, notons encore que si quelqu'un a une étrange idée ou un étrange raisonnement durant l'après-midi, on pourra dire qu'il « a eu du veau au déjeuner » - « měl telecí k obědu ».

Enfin, terminons avec quelques expressions toutes plus imagées les unes que les autres, comme « il porte le bon sens dans un sac » - « nosí rozum v pytli », « il ne voit pas plus loin que son nombril » - « nevidí dál než na svůj pupek », « il a du brouillard dans la tête » - « má v hlavě mlhu », ou encore la question « t'es arrivé hier ou quoi ? » - « copak jsi přišel včera? » pour ceux qui ont toujours un train de retard par rapport aux autres, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas au courant des dernières nouvelles. Mais nos expressions préférées sont les trois suivantes, nos dernières. Ainsi, on peut souligner la bêtise de quelqu'un en lui affirmant que « si l'imbécillité fleurissait, tu ne serais que des boutons » - « kdyby pitomost kvetla, budeš samý poupě ». Et puis d'un idiot, on pourra encore dire qu'il « a étudié, appris ses leçons dans le noir » - « učil se potmě », ou que ses parents « l'ont fait dans le noir » - « dělali ho potmě ».

C'est donc perdu dans l'obscurité que se termine ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions relatives à l'idiotie. En espérant avoir retrouvé la lumière d'ici à la semaine prochaine et nos prochaines retrouvailles, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !