Statistiques : malgré l’inflation, les Tchèques sont de plus en plus riches

Photo: Barbora Kmentová

Les ménages tchèques sont plus riches aujourd’hui qu’ils ne l’étaient en 1995. Si l’information n’a rien de très surprenant, les chiffres qui la confirment, et qui ont été publiés ce vendredi par l’Office tchèques des statistiques (ČSÚ), ne manquent cependant pas d’intérêt et permettent de se faire une meilleure idée de l’évolution de la situation économique des Tchèques au cours de ces vingt dernières années.

Photo: Barbora Kmentová
Les dépenses des ménages tchèques ont augmenté réellement de 60%. Ils investissent plus dans l’immobilier, mais ils s’endettent aussi plus. La part des dépenses consacrées au logement a suivi une courbe ascendante (21% du total des dépenses en 1995, contre 27% en 2006), tandis que, inversement, les frais d’alimentation (19% du total en 1995, contre 17% en 2016) ou encore d’habillement (6% en 1995, contre 4% en 2016) sont moindres.

Plus concrètement, le montant moyen du revenu d’un employé est passé de 8 845 couronnes en 1995 à 23 320 couronnes (près de 865 euros) en 2016, tandis que celui d’un entrepreneur est passé de 30 280 à 46 868 couronnes (1 735 euros). Quant aux dépenses des ménages, elles ont augmenté en moyenne de 2,4% par an au cours de la première décennie faisant l’objet de l’étude, puis de 1,5% lors de la seconde décennie (2005-2016). Sur l’ensemble des vingt ans, l’inflation, elle, a été de l’ordre de 91,6%. En moyenne, chaque Tchèque a dépensé 16 672 couronnes (617 euros) par mois. Sur ce total, 4 511 couronnes (167 euros) ont été consacrées au logement, 2 855 couronnes (105 euros) à l’alimentation et 1 547 couronnes (57 euros) aux transports.

Du fait d’un climat économique dans l’ensemble favorable, avec la croissance du PIB et les taux d’intérêt historiquement faibles des prêts immobiliers (le taux moyen était inférieur à 2% en mars dernier), les Tchèques investissent de plus en plus dans leur logement. 160 milliards de couronnes (près de 6 milliards d’euros) de dépenses ont été enregistrées en 2015, soit la deuxième valeur la plus importante de ces vingt dernières années. Parallèlement, l’endettement moyen de la population a lui aussi augmenté de 6% pour s’élever à quelque 132 000 couronnes (4 890 euros) par personne.