Suite de l'affaire Walderode

r_2100x1400_radio_praha.png

Un rebondissement dans l'affaire Walderode. Nous vous avons parlé, dans nos émissions, de ce long procès intenté à l'Etat tchèque par Karel des Fours Walderode, qui demandait la restitution des biens de sa famille en Bohême, biens confisqués, après la Seconde guerre mondiale, conformément aux décrets du Président Benes.

Un rebondissement dans l'affaire Walderode. Nous vous avons parlé, dans nos émissions, de ce long procès intenté à l'Etat tchèque par Karel des Fours Walderode, qui demandait la restitution des biens de sa famille en Bohême, biens confisqués, après la Seconde guerre mondiale, conformément aux décrets du Président Benes. On a refusé de restituer ces biens à Karel des Fours Walderode, car il n'était pas évident si l'héritier, au moment de déposer sa demande, c'est-à-dire au début des années 90, était encore ressortissant tchécoslovaque. La Cour constitutionnelle, qui vient de confirmer la citoyenneté tchécoslovaque de l'héritier, reconnaît, ainsi, que sa demande était légitime. Ainsi tombe un des obstacles, sur la voie vers la restitution des terres et d'autres biens importants que la famille possédait en Bohême, notamment dans les régions de Semily et de Liberec. Il s'agit, entre autres, du château de Hruby Rohozec. L'évaluation de ces biens varie entre 2 et 3 milliards de couronnes, près de 400 à 600 millions de FF. Karel des Fours Walderode, étant mort l'année dernière, les droits d'héritage passent à une certaine Johanna Kamerlander, une ressortissante autrichienne.