Uber : les chauffeurs de taxi prévoient une nouvelle protestation

Photo: archive of Uber

Une nouvelle protestation contre le service Uber, organisée par les chauffeurs de taxi pragois, se déroulera vendredi matin devant le centre commercial de Čestlice, une commune du district de Prague-Est.

Photo: Archives d'Uber
L’Association des chauffeurs de taxi critique par-là le mémorandum signé lundi dernier entre le gouvernement en démission et la société Uber. Celle-ci fait l’objet, depuis plusieurs mois, de la fronde des chauffeurs de taxis pour une concurrence qu’ils estiment déloyale.

En mars dernier, l’entreprise Uber a trouvé un accord avec le gouvernement pour poursuivre ses activités en République tchèque. L'entreprise va devoir demander une licence pour exercer dans le pays. Ses chauffeurs devront toujours disposer d'une licence de taxi et déclarer leurs recettes en tant qu'autoentrepreneurs.

Toutefois, les chauffeurs de taxi estiment que le mémorandum signé cette semaine ne garantit pas les mêmes conditions de travail pour tout le monde. Ils s’opposent notamment au fait que les chauffeurs d’Uber ne soient pas tenus d’utiliser le taximètre : les services de transport alternatifs calculent les frais via une application mobile.

Le service Uber existe à Prague depuis trois ans et emploie environ 2 000 chauffeurs. Depuis un an, le nombre de ses clients pragois a augmenté de 60%, pour se situer à environ 300 000 personnes. Mécontent de la présence des services de transport alternatifs sur le marché, les chauffeurs de taxis pragois avaient déjà organisé plusieurs opérations escargot dans la capitale. Pour leur nouvelle manifestation anti-Uber, ils ont choisi la commune de Čestlice, située à proximité de la résidence du Premier ministre en démission Andrej Babiš (ANO). L'opération devrait débuter à 5h00.