Un sentier sur la tête

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Cette semaine, vous allez découvrir que les Tchèques peuvent avoir sur la tête toutes sortes d’éléments inattendus : un sentier, une placette, un talon…

C’est l’histoire d’un Tchèque – appelons-le Jan, au hasard, pas vraiment au hasard, puisque c’est un prénom masculin si courant en République tchèque – à travers ses cheveux. Enfant, sa mère Lenka le coiffe soigneusement, avec une petite pěšinka bien soignée au milieu de la tête. Pěšinka, le sentier, vous aurez peut-être reconnu le mot pěšky, utilisé quotidiennement, qui désigne la marche à pieds – jdu pěšky! Je vais à pied! L’image s’éclaire, et ce qui nous rappelle une raie rappelle aux Tchèques un petit sentier apparemment – on imagine un „MicroTchèque“ se balladant dans un champ de cheveux impraticables, préférant donc arpenter la pěšinka de Jan…

Notre Jan grandit. Il porte des vestes en jeans sans manche taggées de noms de groupes et a sur la tête une mařena– des cheveux longs et indisciplinés – Mařenaétant un diminutif à rallonge de Marie – pourquoi Marie donne-t-elle son nom aux máničky, cette population chevelue, et à leurs cheveux, les mařeny, le Tchèque du bout de la langue ne le dit pas… Et sa maman Lenka et son papa Tomáš de lui répéter, pour qu’il se décide a les couper : třepí se ti konečky! Tes pointes s’effilochent!

Drdol
Et puis Jan se trouve une petite amie – přítelkyně, comme nous l’avons vu la semaine dernière. Elle, sur la tête, elle a par exemple un mikádo– une coupe au carré, qui rappelle aux Tchèque les petites baguettes du célèbre jeu apparemment, sans doute pour leur longueur et leur raideur… Ou elle peut préférer un drdol, une sorte de chignon dont pas un cheveux ne dépasse. Pas d’explication particulière de ce mot, juste une faiblesse pour sa prononciation cocasse si éloignée de son sens étriqué : drdol, drdol, drdol! Pour s’assortir au drdol, Jan abandonne sa mařena et la remplace, par exemple, par une patka, une sorte de grande mèche asymétrique tombant sur le front et rappelant peut-être la forme de la patka, le talon… Ou bien par un ježek, un hérisson – ce qui rappelle une brosse aux Français évoque aux Tchèques, nation aimant la nature s’il en est, la petite bête couverte de pics.

Patka
Enfin un hérisson tant qu’il peut, il est possible aussi que notre Jan perde graduellement ses cheveux. Dans ce cas une évolution est observable. Commencent par se former des kouty au-dessus de son front, des petits coins. Le MicroTchèque a quitté la pěšinka, le sentier, pour les kouty... Bientôt, il aura plus de place, il pourra se poser sur la placette, náměstíčko, c‘est ainsi que les Tchèques désignent le début de la calvitie, quand l’homme perd ses cheveux et se forme une clairière sur le dessus de sa tête…D’ailleurs, il semblerait que, cette fois, le Tchèque des villes l’a emporté sur le Tchèque des champs, puisque qu’on constate qu’après le sentier, la pěšinka, ce n’est pas le mot clairière, mýtina, qui désigne cette fameuse placette, náměstíčko, sur la tête des hommes…
Přehazovačka
Peut-être que les cheveux de Jan disparaîtront complètement. Dans ce cas, on parlera de bleskovka pour désigner son crâne brillant – on reconnaît blesk, la foudre, et bleskovka, c’est ce qui reste après la foudre sur la tête de Jan : rien du tout. Ou peut-être que sa calvitie se stabilisera au niveau « placette » - náměstíčko. Dans ce cas, Jan a une solution, passée de mode il est vrai, pour recouvrir la náměstíčko : přehazovačka, terme dont la drôlerie est difficile à expliquer en français, mais essayons – le verbe přehazovat signifie remuer, en passant d’un côté à l’autre. Il suffit à Jan, pour obtenir une přehazovačka, de laisser pousser ses cheveux d’un côté de la náměstíčko et de faire passer cette longue mèche de l’autre côté de la náměstíčko : en un coup de peigne, celle-ci est donc recouverte par la přehazovačka !

Máměstíčko
Plutôt que de continuer à énumérer ce qui pourrait encore orner le crâne de Jan, laissons nos auditeurs imaginer tranquillement le tableau et refermons ce « Tchèque du bout de la langue », consacré à Jan et à sa chevelure, puis à sa non chevelure, en attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine. Pour le reste, portez-vous du mieux possible – mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj!