Une exposition de « samizdat » montre les circuits clandestins de publication sous le régime communiste

Le bâtiment du Klementinum, qui abrite la Bibliothèque nationale, accueille également depuis ce jeudi une exposition intitulée « Samizdat – la force créatrice de protestation ». Le terme « Samizdat » se réfère à des circuits clandestins de publication développés surtout dans les années 1970 et 1980 en réaction au renforcement de la censure pendant la période dite de « normalisation » en Tchécoslovaquie. Ces éditions, copiées en secret et distribuées de personne à personne, étaient la seule opportunité pour les auteurs interdits par le régime communiste de publier. L’exposition a été conçue par la Bibliothèque nationale en coopération avec la bibliothèque Libri prohibiti qui gère le plus grand archive de samizdat au monde lequel contient 13 000 articles.