Une primauté peu enviable

r_2100x1400_radio_praha.png

Selon le quotidien tchèque Pravo, les Tchèques seraient les maîtres du trafic des animaux rares. Il s'agit surtout des perroquets, des tortues et autres animaux exotiques. Il semble, toujours selon le journal, que les Tchèques mettent à profit leurs expériences du régime totalitaire communiste, quand il était interdit de prendre des devises avec soi, lors des voyages à l'étranger. Tous les moyens sont bons et le trafic des oeufs de perroquets est fréquent, par exemple. Il suffit, ensuite, de les laisser éclore et de les vendre en Tchéquie comme produit de son propre élevage. Les douaniers sont vigilants, mais ils ne peuvent pas prendre tout le monde. Plus dangereux est le trafic de drogue. Selon Vaclav Mikes, chef de l'inspection des douanes à l'aéroport de Ruzyne, à Prague, il y a une nouveauté : le trafic de l'héroïne noire. En fait, il s'agit de l'héroïne camouflée dans du bitume. Le cas le plus récent : l'arrestation de deux Brésiliens, un homme et une femme qui transportaient cette héroïne noire qui faisait office de fond à leur valise à roulettes...