Une visite de Hrusice, village natal du peintre Josef Lada

r_2100x1400_radio_praha.png

Aujourd'hui, nous vous invitons dans l'Est de Prague, à Hrusice, village natal d'un peintre des plus chers aux Tchèques, Josef Lada : auteur de tableaux idylliques aux motifs de contes de fées dont les reproductions, sous forme de jolies cartes de voeux, sont très appréciées également par la génération actuelle. On ne trouverait pas la maison natale du peintre à Hrusice, elle a été démolie en 1932, mais le musée du peintre qui s'y trouve a été installé dans la villa qu'il a fait construire à sa place. Le guide, Zdena Burianova, une amie proche de la fille de Josef Lada, Alena, devenue illustrateur comme lui, nous familiarise avec la création et les destinées pas toujours faciles du peintre, disparu il y a 50 ans, le 14 décembre 1957.

En arrivant dans le village de Hrusice, nous le reconnaissons d'après son église immortalisée par Josef Lada sur ses tableaux. Le village de Hrusice de la fin du 19e siècle, avec ses maisons aux toits de chaume, son église, son étang, ses collines et bois, est resté la source d'inspiration la plus importante du peintre qui est aussi l'auteur du fameux petit chat noir qui savait parler, Mikes, d'une pléiade d'animaux aux qualités humaines : le cochon Pasik, le bouc Bobes, la sage renarde, des ondines et des ondins, ainsi que par ex. des illustrations des aventures du brave soldat Chveïk. Comment étaient ses débuts ? Ecoutons notre guide :

« Il a commencé à dessiner très tôt, lorsqu'il était enfant, mais puisque son père, cordonnier, n'avait pas assez de moyens, il devait se contenter de papier, de crayon, d'argile, pour créer ses premières images. En 1903, donc à l'âge de 16 ans, il a peint son premier tableau dédié à son amour, Anne. Il fait partie des tableaux exposés au musée. En 1905, Josef Lada apprend le métier de relieur- doreur à Prague et commence à vendre ses images aux éditeurs. Ses débuts étaient influencés par le style Art nouveau. Ses images paraissaient dans la revue Maj et c'est ainsi qu'il a commencé à peindre... »

Pendant assez longtemps, Josef Lada a créé ses images sous l'emprise de l'Art nouveau, et il a aussi flirté avec l'impressionnisme. Pendant un an, il a fréquenté l'Ecole supérieure des arts décoratifs, UMPRUM, à Prague, mais la peinture académique ne lui disait rien : il était dérangé par l'idée d'être orienté par quelqu'un dans sa création: Autodidacte, il a eu besoin de s'exprimer lui-même et c'est alors qu'il a décidé de poursuivre sa propre voie. Dès 1923, il collabore avec le journal Ceske slovo et il a du succès, d'abord comme caricaturiste, ensuite comme illustrateur. C'est là qu'il abandonne le style Art nouveau pour créer son style personnel de ligne simplifiée. Sa manière de peindre a suscité de nombreuses polémiques, dit Zdena Burianova :

« Josef Lada était handicapé : âgé de six mois seulement, il a perdu son oeil gauche lors d'une chute contre le tranchet, un outil de coupe utilisé par son père, cordonnier. Pendant toute sa vie, il portait une prothèse ce qui devait le gêner dans son travail. Et c'est pour cela que des polémiques étaient menées autour de sa création : est-ce que cette ligne simple était la conséquence de son handicap ou est-ce qu'il a réellement voulu s'exprimer de cette manière... On ne l'apprendra probablement jamais.... »

Bien qu'installé à Prague, Josef Lada venait à Hrusice aussi souvent que possible. Il y avait son atelier et c'est là que son personnage le plus populaire, le chat noir Mikes, a vu le jour. Le livre d'histoire de Mikes richement illustré par Josef Lada, paru en 1932, lui a assuré une réputation mondiale. Publié d'abord en Allemagne, où il s'est vu décerner le prix pour le meilleur livre pour enfants - Deutche Jugendbuch Preiz, il a commencé à être traduit dans pratiquement toutes les langues - y compris le chinois, l'arabe, le japonais et l'espéranto :

« Josef Lada lisait en anglais, en allemand, en italien et en français et même en langue tzigane. Ses livres ont été publiés dans 43 pays du monde, y compris la France : l'éditeur Flammarion, qui a vu les images de Josef Lada, en a d'abord rangé quelques-unes parmi les publications des peintres français en laissant les enfants décider, et c'est ainsi que les images de Josef Lada ont été sélectionnées, puis éditées aux éditions « Cocorico » spécialement destinées aux enfants. »

Quant à ses cartes postales, elles commencent à paraître dès 1930. Il s'agit soit de créations originales, soit de reproductions en miniature de ses tableaux, c'est le cas surtout des cartes de Noël, avec les scènes féeriques et les personnages typiques : le village de Hrusice couvert de neige, le veilleur de nuit annonçant l'heure, une famille rassemblée autour du sapin, le personnage de Saint Nicolas, les Rois mages, les enfants qui patinent et font des bonshommes de neige...

Toutes les images de Josef Lada sont gaies et optimistes, bien que sa vie ne l'ait pas été toujours. L'une de ses filles, Eva, est décédée tragiquement lors des bombardements de Prague, en 1945. Lada lui-même souffrait de dépression. Pourtant, il propageait la joie, avec sa création. Zdena Burianova récapitule :

« En ce qui concerne la création libre, Josef Lada est l'auteur de 46 tableaux, de 15 000 illustrations, de 9 scénographies. Il collaborait avec 82 revues et journaux dont 6 à l'étranger. L'une des six salles du musée Lada est consacrée à ses illustrations du brave soldat Chveïk - il en a fait 540 en noir et blanc et 386 en couleurs pour ce livre le plus édité à l'étranger. Une autre salle est dédiée aux illustrations pour enfants. Une place importante est réservée à son calendrier illustrant les traditions se rapportant à chaque mois de l'année, et complété des patrons des différents mois. Ce calendrier est paru dans sa forme complète en 1957, année du centenaire de la naissance de Josef Lada que l'UNESCO a inclus parmi les événements de l'année. »

J'ajouterais encore que toute une salle du musée Lada à Hrusice est réservée aux objets personnels du peintre et témoigne d'un lien profond qui l'unissait à la région entre Hrusice et Prague qu'il a appelé le paradis de son coeur, et où il a puisé toute son inspiration.

10
49.909733100000
14.738321200000
default
49.909733100000
14.738321200000