Une visite de Lany riche d'histoire de la première République tchécoslovaque

r_2100x1400_radio_praha.png

La fête nationale du 28 octobre, jour de la fondation de la Tchécoslovaquie, en 1918, se prête aux visites d'endroits qui y sont liés. Un lieu emblématique chargé de l'histoire de la première République et où l'esprit de son fondateur est toujours présent, c'est Lany : une commune à une quarantaine de km à l'ouest de Prague où le premier président Tomas Garrigue Masaryk exerçait ses fonctions parallèlement au château de Prague, où il est inhumé et où le musée Masaryk a vu le jour, il y a 3 ans.

En 1921, le château de Lany a été officiellement établi résidence secondaire du premier président tchécoslovaque. Amoureux de cet endroit, Masaryk y a reporté le maximum de ses devoirs présidentiels et à la fin de sa vie, il ne le quittait plus. Lany a servi de résidence encore à son successeur Edvard Benes. La guerre a interrompu cette tradition et le régime communiste ne l'a pas renouvelée, en signe de contestation du legs démocratique de Masaryk. C'est Vaclav Havel qui l'a rétabli, après 1989. Lany est aussi le siège favori du président actuel, Vaclav Klaus. Au mois de septembre dernier, il y a accueilli ses homologues du groupe de Visegrad - la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie. Au cours d'une journée porte ouverte initiée à cette occasion, plus de 10 000 visiteurs curieux s'y sont rendus.

Lany est recherché pour son vaste parc aménagé dans le style anglais, avec une serre chaude et un grand étang qui attire l'attention par un mur érigé sur sa chaussée, soutenu par cinq colonnes ornées de gargouilles en forme de têtes de lion. Oeuvre de l'architecte Josip Plecnik, ces colonnes symbolisent les territoires qui formaient la République tchécoslovaque au moment de sa fondation : la Bohême, la Moravie, la Silésie, la Slovaquie et la Ruthénie. Le domaine de chasse de Lany, classé réserve biosphérique de l'UNESCO, est réputé pour l'élevage du gibier, l'organisation de chasses et ses chênes mémorables. Il n'est pas ouvert au public, de même que la villa Amalie située à 2 km du château et qui sert à des rencontres d'hommes politiques.

L'histoire de Lany, aujourd'hui une commune de 1650 habitants nichée dans la région romantique des forêts de Krivoklat remonte à l'an 1392. Vers la fin du XVIe siècle, le domaine est racheté par l'empereur Rodolphe II qui y fait ériger un pavillon de chasse en style Renaissance. Des remaniements baroques sont entrepris au XVIIIe siècle, le château est élargi d'une chapelle et élevé de deux étages auxquels une mansarde sera ajoutée. Ses derniers propriétaires, la famille Fürstenberg, sont d'accord avec le règlement patrimonial et le château devient par une loi datée de 1921, la résidence d'été des présidents. L'architecte slovène Josip Plecnik, auteur d'importants remaniements au Château de Prague, est chargé par Tomas Garrigue Masaryk d'une modernisation de Lany dans l'esprit de la nouvelle démocratie. Des éléments nouveaux sont incorporés dans le milieu historique. Par une galerie à deux étages, Plecnik relie le château et l'église portant le nom de Jésus. La terrasse ainsi créée au-dessus était le lieu de repos préféré du président. Plecnik a aussi perçu une nouvelle entrée à l'église pour les habitants de Lany.

En 1928, la fille du président, Alice Masaryk, a pris l'initiative d'ouvrir à Lany un établissement social pour mères avec enfants. Une salle commémorative s'y trouve aujourd'hui, dédiée à la mémoire d'Alice, première présidente de la Croix rouge tchèque. L'école de Lany, complètement reconstruite en 1931 avec la contribution du président, a porté le nom de son épouse décédée, Charlotte. Tomas Garrigue Masaryk meurt le 14 septembre 1937 dans sa chambre du château de Lany. Il est inhumé au cimetière local. Le caveau familial est devenu un lieu de pèlerinage et, dans les moments incertains, une sorte de symbole de la souveraineté tchécoslovaque menacée.

Le 7 mars 2002, à l'occasion du 153e anniversaire de la naissance de Tomas Garrigue Masaryk, le musée portant son nom a été ouvert à Lany. Il occupe les locaux du bâtiment classiciste de l'ancien grenier à blé. L'idée d'installer un musée Masaryk à Lany est née en 1990, lorsque le Forum civique y a présenté une collection de photos et documents historiques sur la personnalité et le legs philosophique du premier président. Une fondation pour le futur musée a été créée et avec le soutien des sponsors et du ministère de la Culture, le musée a pu ouvrir ses portes, douze ans plus tard. Il abrite une salle de recherche, une salle de conférences qui sert aussi de salle de concerts et d'expositions, et un café. L'un des objets exposés les plus précieux, le masque mortuaire du premier président tchécoslovaque. L'exposition nous apprend la vie de Masaryk, sa jeunesse, son père slovaque, ses études, sa conversion au protestantisme, en 1881, dans une église évangélique morave... suivent les années de Masaryk professeur, il y a des photos de son épouse américaine, Charlotte, dont il a pris le nom Garrigue et dont le père appartenait à une vielle famille française de souche Huguenote, ce qui explique le soutien apporté par les Masaryk à la fondation de l'église unitaire en Bohême, dans les années 1920.

Tomas Garrigue Masaryk, Lany 1937
Il y a ensuite les photos de leurs enfants : Alice, Herbert, Jan et Olga, quelques objets personnels de Masaryk liés à son séjour à Lany : bottes de cavalier, chapeau panama, pince-nez... Dans une vitrine, les figurines grandeur nature des légionnaires français, russes et italiens nous regardent. On admire les affiches de légionnaires créées par Vojtech Preissig pour les Tchèques et Slovaques d'Amérique. Et on peut y lire aussi un extrait du discours de Masaryk prononcé le 22 décembre 1918 au Château de Prague : « Je suis arrivé à Prague accompagné d'une partie de notre armée étrangère. Vous allez vous convaincre que nous tous qui avons travaillé au-delà des frontières de notre pays en sa faveur, nous l'avons pris au plus grand sérieux, sans prendre garde à nos vies et à nos fortunes. Je suis sûr que la nation toute entière aimera ces braves garçons comme je les aime, moi... »

Nous terminons la visite de Lany en constatant qu'elle est le point de départ pour d'autres agréables excursions aux alentours, au château de Krivoklat, à Skryje - lieu de trouvaille des trilobites, ou l'ancien oppidum celte près de Kounov, mais se sera pour une prochaine fois.

10
50.124540270000
13.948774340000
default
50.124540270000
13.948774340000