Une visite des jardins baroques sous le Château de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Le but de notre promenade d'aujourd'hui - les jardins baroques du versant sud du Château de Prague qui sont une merveille de l'architecture italienne, des oasis de calme et qui offrent des vues inattendues sur le panorama de Prague.

Ce qu'on appelle les jardins de palais sous le Château de Prague, c'est un complexe de cinq splendides jardins baroques en terrasses - le jardin Ledebour, le grand jardin Palffy, le petit jardin Palffy, le jardin Kolowrat et le petit jardin Fürstenberg. On y entre à partir de la rue Valdstejnska, par des palais, d'où aussi leur appellation - les jardins de palais. Ils s'élèvent en terrasses successives jusqu'au pied du château. Ils surprennent par une complexité de composition propre au génie des lieux, par les jeux de proportions et de perspectives: entrelacs de plantes, parterres, porches, passages insolites, ouvertures inattendues sur Prague... Le charme des jardins invite à la rêverie. Difficile de croire que, il y a 10 ans, ils étaient en état de délabrement proche d'une dégradation totale. En 1991, les jardins sont passés dans le patrimoine de l'Institut d'Etat pour la protection des monuments historiques de Prague, qui en a assuré une restauration complète. Les travaux ont été terminés en août dernier, par la réouverture du dernier de la série de ces jardins, le jardin Ledebour. Les travaux, d'un coût global de 297 millions de couronnes, ont pu être achevés grâce à une contribution importante de la fondation "Prague Heritage Fund" créée sous le patronage du prince Charles d'Angleterre et du Président tchèque, Vaclav Havel.

Les jardins sous le château sont une perle de l'architecture baroque. Dès le début du 17e siècle, le style baroque envahit Prague. Il remplit toutes les surfaces libres, utilise les coins perdus, les perspectives serrées, pour les enrichir par une composition architecturale et sculpturale sophistiquée mais qui donne toujours une impression parfaitement naturelle. C'est ainsi que sont nés les jardins sur le versant sud du Château de Prague. Cette pente raide, autrefois coupée par la muraille médiévale, a servi dès le 14e siècle à la culture de la vigne et des arbres fruitiers. Cette localité a connu une effervescence de travaux de construction grâce au transfert de la cour de Rodolphe II à Prague, à la fin du 16e siècle. Les terrains sur le versant sud sous le château ont été progressivement occupés par des maisons et des palais fastueux derrière lesquels des jardins en terrasses ont été créés graduellement, à partir de la fin du 17e siècle. Les noms actuels des palais et des jardins sont ceux de leurs derniers propriétaires mais en fait, toute une pléiade de familles aristocratiques se sont succédées comme propriétaires - les Czernin, les Gallas, les Trauttmansdorff, les Laminger, les Guttenstein, les Wallenstein.

Les jardins du château sont un exemple extraordinaire de l'architecture baroque italienne tout à fait rare dans notre pays. Ils sont très précieux par leur architecture qui est aussi leur plus grand décor, car les jardins n'abondent pas de fleurs.

Le premier jardin qui occupe la position la plus occidentale, le jardin Ledebour, est doté de Sala terrena richement décorée de fresques et de plastiques. Selon la légende, la fresque de la ruine de Pompéi contient des morceaux authentiques de la lave du Vésuve. Les escaliers raides débouchent sur une tour.

Le jardin attenant du jardin Ledebour, le petit jardin Palffy, est relativement simple. Ses terrasses sont plantées d'arbustes décoratifs. A côté, le grand jardin Palffy, qui, comme son nom le révèle, est vaste, avec un escalier inséré dans son axe. Le jardin Kolowrat, l'avant-dernier dans la série, garde toujours son caractère de verger. Est-ce pour cette raison qu'il produit l'impression d'une certaine austérité: l'architecture se limitant à quelques arbres et aux gazons. Par contre, l'entrée du jardin est majestueuse, dominée par une grande grille richement décorée. Le dernier jardin de l'ensemble - le petit jardin Fürstenberg, qui est, pas sa composition, sans doute le plus pittoresque. Dès la moitié du 18e siècle, il était utilisé comme un jardin de type italien. Depuis 1918, date de la fondation de la république tchécoslovaque, jusqu'à 1938, le petit palais Fürstenberg était le siège du gouvernement tchécoslovaque. L'aspect actuel de ce jardin en style de rococo tardif date de 1788. L'escalier central du jardin Fürstenberg relie les différentes terrasses et conduit le visiteur de la gloriette vers la loggia à arcades, d'où on accède à un belvédère panoramique. Dans la partie centrale du jardin, sur la 3e et la 4e terrasse, se trouvent des orangeries. Le reste du versant, jusqu'au vieil escalier du château, est occupé par le grand jardin Fürstenberg, mais qui n'est pas accessible au public et appartenant, par moitié, à l'ambassade de Pologne.

Les jardins sous le château ont été tous conçus comme des oasis de repos et d'inspiration. Chacune des presque trente terrasses sur lesquelles les jardins sont situés, est disposé différemment et donne une autre vue. Les terrasses sont liées par 22 volées d'escaliers permettant différentes alternatives de passage, y compris la toute nouvelle jonction avec le complexe du Château de Prague. Ces derniers temps, les jardins deviennent le théâtre de diverses manifestations culturelles et mondaines. On y organise notamment des expositions. L'intérêt des visiteurs est énorme. Les jardins sont ouverts au public du 1er avril au 31 octobre. Ils ont trois entrées et sorties: deux entrées se trouvent en bas, à la rue Valdstejnska, la troisième, en haut, dans la loggia à arcades du petit jardin Fürstenberg, d'où un passage relie tous les jardins et d'où on peut continuer la promenade jusqu'au château.