Valeurs contradictoires et société multiculturelle : fin d'une conférence à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Une conférence internationale ayant pour thème les Valeurs contradictoires et la société multiculturelle a eu lieu, ces jours-ci, à Prague. Tenue peu après les événements tragiques aux Etats-Unis, elle a mis en relief à quel point, la coexistence de gens de traditions culturelles différente est difficile et à quel point il est en même temps nécessaire de tenter l'impossible... Alena Gebertova s'est adressée à l'un des participants à la conférence, le professeur Lubos Kropacek, spécialiste d'études arabes et de l'islam. Doit-on craindre en Tchéquie une vague d'islamophobie ?

Résumé de l'entretien:

Il existe un certain courant d'islamophobie, mais il existe aussi un grand courant moyen de ceux qui veulent s'instruire, veulent comprendre davantage, qui admettent qu'ils ne savent pas beaucoup sur l'islam. C'est un phénomène étranger pour eux. Ils admettent en même temps que parfois une certaine phobie, une certaine haine, peut surgir purement de cette ignorance. Ensuite, il y a ceux qui ont travaillé dans les pays arabes, qui ont des amis parmi les Arabes, qui reconnaissent les valeurs personnelles des croyants de l'islam. Voilà l'éventail existant.

Une vague de xénophobie et de haine, d'après moi ? Difficile de dire. Il existe une différence entre l'atmosphère ici, dans ce pays, et les pays de l'Ouest. En France, par exemple, les musulmans sont probablement la minorité ethnique la plus nombreuse. Alors, c'est la base de l'importance du problème de la coexistence et du rapport entre la société majoritaire et la société musulmane. En Tchéquie, la xénophobie - le mot n'est pas exact - se manifeste par certaines attitudes hostiles envers une autre communauté minoritaire, la communauté rom. C'est ici le problème le plus grave.