Vos lettres

Photo: CTK
0:00
/
0:00

Soyez les bienvenus à l'écoute de ce courrier des auditeurs, le premier du mois d'août. Alors que la semaine écoulée, un temps tropical a régné sur la Tchéquie, avec des températures record dépassant les 35 degrés, le début d'août nous a apporté un refroidissement sensible, avec des averses parfois très violentes. A part cela, toute l'équipe de Radio Prague se porte bien, et j'espère que vous-aussi, vous allez bien. Grand merci à vous tous qui continuez à nous écouter et à nous écrire même pendant les vacances.

Ainsi, merci à M. Paul Jamet pour ses rapports d'écoute et sa carte nous montrant le pont de la Caille en Haute-Savoie où il passe ses vacances. La boîte aux lettres est riche en rapports d'écoute et j'en remercie plus particulièrement M. Kristian Peeters de Belgique, M. Frédéric Depta de France, M. Hafid Jaafari du Maroc, M. Patrick Ndal Mutombo de Belgique, M. Michel Beine de Belgique également, et M. Philippe Marsan qui, à propos du programme écouté le 30 juillet, ajoute un petit commentaire, je cite : « une bonne nouvelle, pour son premier match de championnat à Marseille, l'équipe des Girondins de Bordeaux a gagné par 2 à 0. Je rappelle que l'équipe de Bordeaux est renforcée cette année par un joueur de la Tchéquie, Vladimir Smicer.

Par le message de M. Marsan, nous arrivons à vos courriels : notre auditrice Danielle Nobs de Suisse qui a découvert notre site Internet qu'elle trouve très bien fait et plein d'informations utiles sur notre pays, nous écrit qu'il y a cependant une chose qui l'intrigue, je cite : « Vous parlez soit de la République tchèque, soit de la Tchéquie ? J'avais cru comprendre que Tchéquie n'était qu'une pure invention et que le nom officiel de votre pays est la République tchèque /en français beaucoup plus joli à l'oreille que l'horrible Tchéquie/. Qu'en est-il ? » nous demande-t-elle.

Et bien nous en avons déjà parlé dans nos émissions et il faut dire que beaucoup de Tchèques également ont le problème pour employer l'appellation écourtée Cesko - Tchéquie. Douze ans encore après la partition de la Tchécoslovaquie, le débat sur les deux désignations n'est pas clos même si, dès 1992, les deux sont codifiées : n'en déplaise à certains, la République tchèque est l'appellation politique, officielle, du pays, alors que la Tchéquie est son appellation géographique. Nombreux sont ceux à qui Cesko - la Tchéquie paraît être une moitié inachevée de l'appellation Tchécoslovaquie. Pourtant, nos voisins ont, eux-aussi, des appellations en un seul mot : Polsko - la Pologne, Slovensko - la Slovaquie, Rakousko - l'Autriche. Il n'empêche que pour beaucoup, et c'est aussi votre avis, l'appellation Cesko - la Tchéquie n'est pas très jolie à l'oreille, et ne prend pas en compte la Moravie.

Le sujet de la semaine nous est suggéré par M. Michel Beine et il est le suivant : « Les hommes de métier en République tchèque ? Quelles sont les professions les plus courantes, et les plus rares ? »

Autrefois, un vieux proverbe tchèque disait : les métiers ont un fond d'or. Or aujourd'hui, même si les hommes de métier professionnels sont nécessaires et irremplaçables, l'intérêt des jeunes pour les métiers ne cesse de baisser : près de 25% des jeunes sortant de l'école primaire choisissent une école professionnelle. Les métiers perdent leur prestige et le travail n'est pas bien rémunéré. Ceci conduit à la situation où les métiers tels que ramoneur, forgeron ou cordonnier deviennent de plus en plus rares. Un métier autrefois répandu et aujourd'hui pratiquement disparu est celui de raccommodeur de faïence. D'autre part, des métiers traditionnels tchèques dont la verrerie, la dentellerie ou la production de pains d'épice jouissent toujours d'une bonne réputation.

J'espère que M. Vincent Dauriac est en ce moment à l'écoute, pour que je puisse répondre à sa question que voici : « Je travaille actuellement sur un calendrier mettant en scène différentes étapes à travers différents pays dans le monde. Cependant, dans le cas de la République tchèque, je suis partagé entre les mois d'octobre, novembre et décembre, et je recherche un événement important culturellement parlant ainsi que visuellement. »

En réfléchissant à quel événement vous recommander, le choix est tombé sur l'Automne de Prague, « Prazsky podzim » en tchèque, le plus important événement de la saison automnale dans le domaine de la musique classique. Organisé depuis 1991, au tournant des mois de septembre et d'octobre, le festival s'est fait une belle renommée et a permis au public d'entendre beaucoup d'orchestres et de solistes célèbres, dont la prestigieuse Philharmonie royale de Liverpool, l'Orchestre national de Montpellier, l'orchestre de chambre viennois Haydn Sinfonietta, l'ensemble de flamenco espagnol avec le célèbre guitariste Paco Pena, et, pour d'autres solistes, les violoncellistes Misha Maisky et Alexander Ivashkine. L'édition de cette année accueillera, entre autres, l'Orchestre philharmonique de Luxembourg, l'Orchestre de chambre de Bâle, l'Orchestre symphonique de Bretagne dirigé par Lawrenc Foster ou l'orchestre anglais de Bournemouth, l'un des rares à être placé sous la baguette d'une femme, Marin Alsop, sans oublier la Philharmonie tchèque qui, conformément à la tradition, referme le festival par le concert pour violoncelle d'Antonin Dvorak. Pour ce qui est d'une agence vendant des photos, vous pouvez contacter l'agence de presse tchèque, la CTK. Et voici, avant de nous quitter, un extrait du concert de Dvorak.