Vos lettres : les champions de Pékin dans des campagnes de pub ?

r_2100x1400_radio_praha.png

« Je suis à votre écoute le soir à 20h30, heure française depuis quelques temps. Aussi je vous félicite pour le programme du soir qui est enrichissant : passé, présent et avenir. Vous êtes très décidés et vous apportez votre parfum aux oreilles de celui qui vous écoute, aussi la demi-heure est vite passée... Ecoutez ‘le lointain’, il enrichira votre esprit et vous mettra sur un nuage. » C’est par ce message poétique, signé Henriette Durand de Libourne, en France, que commencent les échos des auditeurs de Radio Prague.

Je vous salue, chers amis, de notre studio, et je passe tout de suite au courriel de notre fidèle auditeur

« J’espère que la rentrée 2008/2009 s’est bien passée dans vos studios. Ici à Valenciennes elle a démarré sur les chapeaux de roues, ma dernière année de licence risque d’être très chargée tout en étant d’une durée assez brève (présence de deux mois de stage). C’est donc à la vitesse de l’Automotrice Grande Vitesse que je vous communique une série d’écoutes réalisées à Valenciennes et que je me dépêche de rédiger avant de les repousser à une date ultérieure. » Vous précisez ensuite, Fabien Battesti que « cette série d’écoute ne représente pas tout à fait la réalité, puisque la qualité de réception est aléatoire. Je suppose que les conditions climatiques y sont pour quelque chose, ainsi que la multiplication des box ADSL dans l’immeuble où je suis, comme je vous en avais déjà parlé précédemment. »

Merci, Fabien Battesti, pour vos rapports d’écoute et bon courage pour vos études ! Vous nous posez également une question concernant les nouveaux moyens de recevoir Radio Prague, plus précisément des flux RSS. Je laisse à Alain Slivinsky le soin de vous répondre dans le 73’ de Radio Prague.

J’envoie aussi le bonjour à Jacques Augustin qui nous écoute régulièrement à Rosny-sous-Bois, en France. « J’ai été déçu de savoir qu’aucun club tchèque n’avait gagné en tour préliminaire de la Ligue des Champions, alors qu’heureusement, la situation est meilleure pour Lyon et Marseille notamment, »écrit Jacques Augustin et il poursuit : « J’ai écouté avec attention votre réponse sur l’hébergement des jeunes rescapés dans les stations thermales tchèques. » - je précise qu’il s’agit des enfants de Beslan, dont nous avions parlé dans le Courrier des auditeurs, il y a quinze jours. Vous avez bien remarqué, M. Augustin que dimanche dernier, les chemins de fer ont été mis à l’honneur dans la région pragoise, avec notamment des voyages en trains historiques à travers la vallée de la rivière Sázava. Vous écrivez :

« Avec la Journée du 28 septembre, vous m’avez mis sur les rails. Ce devait être magnifique à vivre avec des anciennes machines à vapeur et cette Journée a sûrement connu un grand succès. Avec les technologies de pointe il est possible de s’adonner à de très beaux voyages en train et de concurrencer sérieusement l’avion. Alors vive le rail tchèque ! »

A la fin de votre lettre, vous nous demandez, M. Augustin, si les médaillés tchèques de Pékin ont été reçus pas le président et le Premier ministre tchèques. « Ont-ils gagné quelques couronnes en fonction de la médaille gagnée et au-delà décroché des contrats publicitaires assez juteux si j’ose dire ? »

En effet, M. Augustin, après avoir rencontré, début septembre le chef du gouvernement Mirek Topolánek, les six médaillés tchèques aux JO de Pékin ont été accueillis, le 25 septembre, au Château de Prague par le président Václav Klaus. Ce dernier leur a remis des médailles d’honneur. Pour votre information, les trois champions olympiques, donc la lanceuse de javelot Barbora Špotáková et les tireurs Kateřina Emmons et David Kostelecký, ont reçu, de la part du Comité olympique tchèque, 1 million de couronnes (environ 36 000 euros) chacun. La médaille d’argent aux JO équivaut, chez nous, à un chèque de 600 000 couronnes... Quant à la présence des athlètes dans des spots de pub (phénomène de plus en plus fréquent, il est vrai... rappelons par exemple la grosse campagne de la banque Česká spořitelna, qui a engagé le gardien de but Petr Čech), côté publicité donc, les spécialistes donnent le plus de chances à Barbora Špotáková – vu la popularité et la tradition du javelot en Répulique tchèque... Il n’empêche que Barbora, étudiante en écologie connue pour son penchant pour la musique rock, semble plutôt éviter l’univers du sport-business. Mais la tireuse Kateřina Emmons, chouchou des médias tchèques, dotée d’un visage de mannequin et mariée au champion américain du tir Matthew Emmons, peut, elle aussi, accumuler des sponsors. Enceinte de son premier enfant, comme on vient de l’apprendre, elle pourrait un jour, pourquoi pas, promouvoir des produits pour bébé. A l’image de sa compatriote, la célèbre skieuse de fond Kateřina Neumannová...

Mais retour à Barbora Špotáková. Emballé par son succès olympique, son groupe de rock préféré Tři sestry (Les Trois sœurs) a sorti, en août, une chanson dédiée à la championne. Elle s’intitule Čtvrtá sestra (La Quatrième sœur). On écoute un extrait...

C’est la fin de ce Courrier des auditeurs. Merci à Roger R. Roussel de Canada, à Labiad Bouabid de Maroc et à Michel Arlie de France qui nous ont adressé leurs rapports d’écoute. La prochaine fois, nous parlerons, entre autres, de l’hymne tchécoslovaque, après la partition du pays, et de vin... Portez-vous bien et n’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires sur nos programmes.