Yves Saint Laurent, nom bien connu des Tchèques

Yves Saint Laurent, photo: CTK

"La légende de la haute couture se retire", lit-on, mardi, dans les principaux quotidiens tchèques. Eh oui, pour les Tchèques, le nom d'Yves Saint Laurent est synonyme d'une élégance on ne peut plus française. Par Magdalena Segertova.

Yves Saint Laurent, photo: CTK
Yves Saint Laurent se range parmi ces grands couturiers, tels que Coco Chanel, Christian Dior ou Hubert de Givenchy, qui ont influencé, une fois pour toutes, la mode tchèque. Les mamans des jeunes Tchèques d'aujourd'hui prenaient, jadis, du plaisir à feuilleter des revues de mode françaises et s'en inspiraient. En Tchéquie, les tailleurs et les perles à la Coco Chanel, et le smoking féminin de Saint Laurent étaient perçus, et ils le sont toujours, comme le top de l'élégance. Les parfums et autres produits de beauté de célèbres marques françaises continuent à faire rêver les Tchèques de 15 à 80 ans. Vendus, à présent, dans toutes les grandes villes, ils ont juste un petit défaut : des prix à donner le vertige...

Les photos d'Yves Saint Laurent, prises, lundi, au siège de sa maison de couture à Paris, ainsi que celles de ses modèles les plus connus des années 60, ont fait, mardi, la une des journaux tchèques. On y cite les mots d'adieu du fameux couturier, les réactions de ses collègues et collaborateurs, les extraits de la presse française. "Il a été le premier couturier à avoir habillé les femmes en smokings. Ensuite, c'étaient des minijupes, des décolletés séduisants, des tailleur-pantalon et des modèles inspirés du folklore russe qui l'ont rendu célèbre", écrit Mlada fronta Dnes. Le journal Pravo ajoute : "Parmi ses fidèles clientes on trouve maintes célébrités, Catherine Deneuve, par exemple". Le quotidien Lidove noviny se penche sur la carrière et la vie orageuse du couturier : "A noter qu'Yves Saint Laurent était ami d'artistes renommés, Andy Warhol, Bianca Jagger ou Rudolf Nureev. (...) Il passait tous ses moments libres avec ses collaborateurs, ils partaient, ensemble, en vacances, ils fréquentaient des boîtes de nuit, ils se rencontraient dans son appartement, rue de Babylone, décoré de tableaux de Picasso, Matisse et Cézanne. (...) Aujourd'hui encore, on peut rencontrer, dans les rues, des femmes habillées dans le style 'beatnik' que le couturier a inventé : col roulé noir, veste en cuir noire, pantalon, chaussures à talons", conclut le journal. Bref, la mode Saint Laurent ne vieillit pas. Ni en République tchèque, ni ailleurs.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture