17 novembre : plusieurs manifestations dans les rues de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce samedi 17 novembre, les Tchèques fêtent notamment le dix-huitième anniversaire du début de la Révolution de velours. Une journée de commémoration pour certains, de revendications pour d’autres : plusieurs manifestations sont organisées à des endroits différents et pour des causes bien différentes.

Le 17 novembre 1939 est la date anniversaire de la révolte étudiante contre l’occupation nazie et le 17 novembre 1989 est la date qui marque le début de la fin du régime communiste tchécoslovaque. Aujourd’hui, le 17 novembre est un jour férié dans le calendrier tchèque, le Jour de la lutte pour la liberté et la démocratie. Dans le calendrier slovaque aussi d’ailleurs.

Outre les cérémonies de commémoration de ces deux dates importantes, ce samedi sera une grosse journée de revendication. Rien que sur la Place Venceslas, trois manifestations différentes sont organisées dans l’après-midi, avec notamment les opposants au projet américain de bouclier anti-missile en Europe et surtout au radar en Tchéquie, et puis avec un autre rassemblement de soutien à Jiri Cunek, le ministre démissionnaire.

A peu près à la même heure, 16h30, c’est sur l’Avenue Nationale, Narodni trida, qu’un rassemblement a lieu « pour le maintien de la démocratie ».

Un peu plus tôt, ce sont les néonazis qui veulent se montrer en ce jour de revendication. Après leur échec de samedi dernier, ils ont renoncé à défiler dans le quartier juif et veulent cette fois se réunir sur la Place Palacky, place surnomée le Hyde Park tchèque, seul endroit de la capitale où il est possible de manifester sans déposer une demande préalable.

Le groupuscule d’extrême-droite appelé les nationalistes autonomes (A.N) a indiqué vouloir manifester dans le calme, précisant dans un communiqué que la vengeance contre les antifascistes aura lieu « à un autre endroit, à un autre moment ». Sur leur site internet, les antifascistes tchèques indiquent qu’ils n’iront pas au conflit cette fois. Dans le quartier juif, un rassemblement contre les néonazis aura de nouveau lieu, à l’initiative de la Communauté juive et de l’Union juive libérale.

Et sur la place de la Vieille-ville, une « marche symbolique de solidarité avec les victimes de la dictature communiste chinoise » est organisée par l'ONG « Les Droits de l'homme sans frontières » et l'association FaLun Gong tchèque.

Bref, un samedi encore agité à Prague, d’autant que le soir il y aura un match de foot entre la Tchéquie et la Slovaquie à Letna. Près de 600 policiers seront déployés dans les rues dès la matinée.