1968 : chansons contre l’occupant soviétique

bez_domu_ivane.jpg

Les années 1960 en Tchécoslovaquie on été celles du renouveau politique et artistique. Et la musique, bien entendu, n’a pas été en reste... A l’occasion des 40 ans de l’invasion soviétique d’août 1968, la maison de disque tchèque upraphon a sorti un album, compilation des meilleures chansons de cette année d’espoir et de désillusion.

Intitulé « Běz domů Ivane » (Rentre chez toi Ivan), en référence à la chanson écrite par Jaromir Vomacka contre les occupants soviétiques, c’est au critique musical tchèque Jiří Černý qu’est revenue la tâche de sélectionner les 22 chansons de l’album. Des chansons qui, comme il l’écrit en introduction, « ont chacune leur histoire. La plupart de [celles] que j’ai sélectionnées ne sont pas nées après le 21 août, ni même à cause de cette journée. (...) J’ai essayé de me souvenir de ce qui se jouait et se chantait en 1968, de ce dont on avait le plus besoin, et que je ne peux oublier aujourd’hui. » Parmi les chansons clairement antisoviétiques, il y a un petit opus cinglant de Milan Chladil, qui parodie les chants militaires soviétiques...

Mais il n’y a pas, dans ces hymnes uniquement des chansons à connotation satirique, il y a aussi des chansons poétiques et poignantes, qui, si elles ne furent pas nécessairement écrites en rapport avec l’invasion, tombèrent à point nommé... C’est le chanteur et parolier Karel Kryl qui fut la révélation de l’année, avec sa célèbre chanson, « Petit frère, referme la grille ». Vous l’avez déjà entendu souvent sur nos ondes, je vous propose donc plutôt d’écouter sa chanson antimilitariste Morituri Te Salutant... qui, si elle passa quasi inaperçue sur les ondes avant août 1968, faisait partie des plus applaudies dès 1969... Karel Kryl émigrera en Allemagne dès après l’anniversaire sanglant de l’invasion.

Et pour finir, Prière pour Marta, chanté par Marta Kubišová... La chanteuse, engagée dans la dissident durant les années de normalisation, devra attendre 1989 pour pouvoir la rechanter en public.