200 bébés laissés dans une babybox en 15 ans

Иллюстративное фото: Павла Софилканичова, Чешское радио

Un nourrisson a été déposé samedi soir dans la babybox installée dans la commune de Blansko, à quelques kilomètres au Nord de Brno en Moravie. Le petit garçon a été transféré vers l'hôpital de Boskovice et est en bonne santé. Il s’agit du 200è bébé ainsi recueilli depuis 2005, quand la première de ces boîtes à bébé a été installée en République tchèque.

Babybox, photo: Pavla Sofilkaničová, ČRo
Il existe à ce jour 76 boîtes à bébé dans le pays et Ludvík Hess, fondateur en 2005 du réseau de babybox en République tchèque voudrait en installer une dans toutes les communes les plus peuplées.

Si ce dispositif a encore des critiques, on les entend de moins en moins, estimait déjà Ludvik Hess il y a quelques années sur notre antenne :

Ludvík Hess: "Au tout début, il y a eu beaucoup d'opposition. Notamment dans la plupart des institutions de l'Etat et du gouvernement. Le ministère de la Santé, le ministère de la famille et des affaires sociales et, bien entendu, le ministère de l'Intérieur. Aujourd'hui, il n'y a quasiment plus d'opposition. De temps à autre, il y a bien quelques médecins. Ce qui est amusant, c'est que leurs arguments ne reposent pas sur des critères médicaux mais légaux. Par exemple, la question de savoir si laisser un bébé dans une boîte n'est pas un crime ou si cela n'est pas contraire aux droits de l'enfant puisque chaque enfant a le droit de connaître son identité."

Ludvik Hess estime que les parents qui sont venus récupérer leur enfant après l’avoir abandonné dans une babybox peuvent se compter sur les doigts de la main. Il précise que si l’identité du bébé n’est pas connue, le processus d’adoption peut être enclenché beaucoup plus rapidement que si ses parents peuvent être retrouvés – ils doivent alors consentir formellement à l’adoption devant le juge. C'est le cas du dernier enfant abandonné en 2019, à l’âge de neuf mois.

Ludvík Hess, photo: Tomáš Adamec, ČRo
Le premier de l’année 2020 n’a que quelques jours et été prénommé Jan par Ludvík Hess. Selon le docteur Kratochvil, interrogé sur le sujet peu de temps après l’installation d’une babybox pas loin de la radio à Prague 2, la boîte médicalisée est un outil de très bonne qualité :

"D'après moi, c'est une chose excellente. Parce que vous avez la possibilité tout de suite de donner les soins intensifs au bébé, vous pouvez faire toutes les recherches en laboratoire et vous pouvez sauver la vie de ce bébé. C'est comme après un accouchement normal à l'hôpital. Cela suffit, pendant quelques minutes il peut être seul dans cette box".

Une babybox représente un investissement de départ d'environ 300 000 couronnes (12000 euros) et le financement est assuré par des dons privés. Prochainement les villes de Žďár nad Sázavou, Louny, Tachov et Mělník devraient être équipées également.