A l'homme heureux et chanceux « le bon Dieu a préparé beaucoup de gâteaux » et « même en enfer, il ne va pas mal »

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Un été dominé par un soleil rayonnant, des jupes qui volent au vent à tous les coins de rue, c'est donc au bonheur - štěstí, mot qui désigne également la chance, et quelle chance !, et au fait d'être tout simplement heureux - šťastný, que nous allons nous intéresser pour cette fois...

Comme en français, le mot tchèque « štěstí » peut désigner la chance et la réussite. Il s'agit de son premier sens. On pourrait aussi parler de bonne fortune - « štěstěna », ou de bonne étoile qui font qu'un événement tourne à notre avantage, de manière favorable, et concourent à un succès. En français, les expressions « par chance » et « par bonheur » sont d'ailleurs tout à fait synonymes. En tchèque, on ne trouve trace que d'une seule expression « na štěstí », ce qui, précisons-le, ne veut cependant pas dire que les Tchèques ne font pas, selon les circonstances, la nuance entre « chance » et « bonheur ». En effet, le second sens du mot « štěstí » englobe, et là aussi comme en français, une notion de satisfaction, de plaisir ou encore de joie. Il s'agit donc d'un état psychique, de conscience qui fait que nous nous sentons pleinement satisfaits. Bref, nous nous sentons bien, heureux, nous ressentons du bien-être. En tchèque, on parlera alors parfois de « blahobyt », mot composé à partie de l'assemblage de deux éléments, « blaho » - autre terme servant à désigner le bonheur dans le sens de félicité, et de « být » - soit le verbe « être ». Traduit littéralement, « blahobyt » nous donne donc « bonheur d'être ».

Une fois tout cela précisé, nous n'avons toutefois pas défini ce qu'est le bonheur, et là n'est d'ailleurs pas notre objectif tant il s'agit d'une notion ô combien relative et variable selon les personnes, leur humeur, leur caractère, et les circonstances. Notons toutefois qu'il en faut souvent peu pour être heureux, peut-être suffit-il même, tout simplement, de prendre la vie du bon côté, comme elle vient et se présente à nous. A ce propos, nous pourrions d'ailleurs citer une phrase tirée du roman de Bohumil Hrabal intitulé « Les imposteurs » - « Pábitelé ». C'est un de nos auditeurs, M. Guy Wallaert, de Wasquehal, dans le nord de la France, qui nous l'avait envoyée il y a de cela quelque temps en nous confiant qu'il ne résistait pas au plaisir de faire partager cette phrase sortie de la plume d'un des plus célèbres écrivains tchèques, phrase qui représentait pour lui ce qu'il appelle un petit bonheur fugace : « Monsieur Chlumecky, le patron du café U Zeleného Stromu, dont la plus grande joie était au réveil de se servir sa première bière. » Une manière effectivement de constater qu'il en faut peu, et même très peu, pour être heureux...

Et pour donner une idée de ce que peut être le bonheur et la chance, la langue tchèque dispose d'un certain nombre d'expressions, plus ou moins actuelles et en usage, dont certaines méritent d'être relevées. De quelqu'un de chanceux, on entendra parfois dire, par exemple, comme en français, qu'il « est né sous une bonne étoile » - « narodil se na šťastné hvězdě ». A noter qu'en tchèque, si l'on s'en tenait à une traduction mot à mot, qui n'aurait toutefois guère de sens, cela nous donnerait même qu'il « est né sur une heureuse étoile ». Comme quoi, un lien existe bien entre la chance et le bonheur. Toujours à propos de chance au moment de la venue au monde, on pourra dire aussi plus simplement qu'il « a su naître » - « uměl se narodit ». Mais l'expression la plus belle et la plus imagée est sans doute la suivante : « pánbůh mu napekl koláčů », soit « le bon Dieu lui a préparé beaucoup de gâteaux ».

Enfin, pour ce qui est du bonheur, mentionnons les formules selon lesquelles « le ciel s'est ouvert » à un homme heureux - « otevřelo se mu nebe », ou encore que « même en enfer, il (cet homme heureux) ne va pas mal » - « ani v pekle mu není zle ».

Puisqu'il ne faut même plus craindre l'enfer et que le bon Dieu nous offre des gâteaux, c'est donc sur une note heureuse que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré au bonheur et à la chance - « štěstí ». En attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil et le bonheur en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !