A Lisbonne, les Tchèques ont triomphé

r_2100x1400_radio_praha.png

Un très beau succès pour l'athlétisme tchèque : aux championnats du monde d'athlétisme en salle à Lisbonne, les Tchèques ont décroché deux médailles d'or et une de bronze. La Tchéquie s'est alors classée quatrième dans une compétition rassemblant plus de cent pays. Magdalena Segertova pour plus de détails.

C'est la jeune et sympathique Pavla Hamackova, 22 ans, qui a fait, comme première, plaisir aux amateurs du sport tchèque. Vendredi, elle a décroché l'or en franchissant 4,56 mètres au saut à la perche. Pour Pavla qui n'était pas, avec ses 4,43 mètres habituels, considéré du tout comme favorite de l'épreuve, c'était un résultat magnifique. Tout le monde a été surpris, ses rivales en particulier, mais aussi la championne elle-même : "Ne me demandez pas comment je l'ai sauté, je ne sais pas...", a commenté sa victoire Pavla Hamackova, au comble de la joie.

Dimanche, deux autres réussites tchèques se sont ajoutées : Helena Fuchsova, coureuse experimentée, ayant déjà à son compte plusieurs médailles des championnats, a remporté le bronze du 800 mètres. Helena Fuchsova était tout de même un tout petit peu déçue : l'or lui manque toujours dans sa collection de trophées. Comment est-ce qu'elle s'est préparée à la course de dimanche ? "Jeudi, je suis allée courir au zoo, pour prendre un peu d'énergie des animaux", a dit Helena Fuchsova.

Roman Sebrle, 26 ans, lui, est devenu champion du monde en salle de l'heptathlon messieurs. Jeudi déjà, il a acquis une belle avance dans le saut en longueur et aucun de ses rivaux n'a su le rattraper. Dimanche, dans la finale du 1000 mètres, il a même établi son record personnel. Soutenu par toute la salle, il a franchi la ligne d'arrivée à bout de forces : "J'ai couru encore plus vite que je n'ai voulu", voilà les mots du nouveau champion tchèque. Quatre points seulement ou, si vous voulez, deux pas lui ont manqué pour battre le record d'Europe d'une autre grande vedette de l'athlétisme tchèque, Tomas Dvorak...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture