Mondiaux d'athlétisme : un bilan positif pour les Tchèques, Roman Sebrle a complété sa collection de médailles d'or

Roman Sebrle, photo: CTK

Les Championnats du monde d'athlétisme se sont achevés dimanche à Osaka. L'équipe tchèque rentre du Japon avec un bilan flatteur de trois médailles, dont deux d'or suite aux victoires de Barbora Spotakova au lancer du javelot et de Roman Sebrle au décathlon. Un bilan qui permet à la République tchèque de terminer sixième au classement des médailles par nations.

Roman Sebrle, photo: CTK
L'athlétisme tchèque a de quoi être satisfait. Pour la première fois depuis six ans, deux de ses représentants ont été sacrés champions du monde, deux succès auxquels s'ajoute la deuxième place de Katerina Badurova au saut à la perche féminin. Mieux même, il s'agit du meilleur bilan aux Championnats du monde depuis que la création de la République tchèque en 1993. Si l'on ne s'en tient qu'aux médailles, seules les grandes puissances traditionnelles de l'athlétisme que sont les Etats-Unis, la Russie, le Kenya, l'Ethiopie et l'Allemagne ont fait meilleure figure.

Photo: CTK
Sur un plan individuel, Roman Sebrle a enfin décroché, à 33 ans, le seul titre qui manquait à son palmarès, que ce soit en plein air ou en salle. Déjà champion olympique et recordman du monde en titre, le Tchèque est donc également depuis samedi champion du monde. A Osaka, Sebrle a remporté le décathlon avec 8676 points à l'issue de deux journées de compétition marquées de hauts et de bas, devant le surprenant Jamaïcain Maurice Smith, qui a comptabilisé un total inférieur de seulement vingt-deux points à celui du Tchèque, le Kazakh Dmitriy Karpov complétant le podium avec 8586 points. Le duel tant attendu avec Brian Clay, qui avait battu Sebrle lors des derniers Mondiaux à Helsinky, n'a finalement pas eu lieu, l'Américain étant contraint d'abandonner après seulement trois épreuves, victime d'une blessure à la cuisse, alors qu'il semblait parti pour imposer de nouveau sa domination après avoir remporté les deux premières épreuves, le 100 mètres et la longueur.

Roman Sebrle, photo: CTK
Bien mal parti de son côté, Roman Sebrle s'est, lui, accroché pour finalement prendre la tête du décathlon à l'issue de l'avant-dernière des dix épreuves, le lancer du javelot. Grâce à un premier essai à 71,18 mètres, il est alors passé devant Maurice Smith. Un concours du javelot qui a donc constitué le tournant du décathlon, comme l'expliquait Roman Sebrle :

« Après ces deux jours, la fatigue était énorme. Quand je suis revenu au javelot, je me suis dit que c'était une de mes meilleures disciplines et qu'il fallait tout donner. J'ai lancé 70 mètres et Smith n'a fait que 53 mètres. Après, pour le 1500 mètres, la dernière épreuve, ce n'était plus qu'une question de volonté. Mais ça a été la compétition la plus dure de ma carrière. Le déroulement a été complètement fou, car j'ai raté mon début de décathlon le premier jour avec le 100 mètres et la longueur. Le deuxième jour, j'ai failli tout perdre à la perche et finalement, c'est le javelot qui a été excellent. J'ai tout mis dans le premier essai et je suis heureux de l'avoir réussi. »

Roman Sebrle, photo: CTK
Grâce à ce nouveau titre, Roman Sebrle rejoint le légendaire Britannique Daley Thompson et l'Américain Dan O'Brian, les seuls décathloniens de l'histoire à avoir été sacrés champions olympique et du monde. Un titre qui a aussi constitué l'occasion pour le Tchèque, seul athlète à avoir un jour dépassé la barre des 9000 points, de faire un premier bilan de sa carrière un an avant l'échéance des Jeux olympiques de Pékin :

« Quand j'ai commencé ma carrière et remporté mes premières médailles, je m'étais dit qu'il serait fantastique d'avoir cinq médailles d'or et le record du monde. Je dirais que ça a été l'objectif de toute ma vie d'athlète et aujourd'hui, je l'ai atteint. Mais je reste motivé car je sais quel bonheur procure une victoire aux Jeux olympiques. C'est quelque chose d'inoubliable, j'ai donc déjà beaucoup d'ambition pour la saison prochaine. Mais je peux dire que l'oeuvre de ma vie est achevée. »

Barbora Spotakova, photo: CTK
Si la victoire de Roman Sebrle était espérée, celle de Barbora Spotakova au lancer du javelot féminin, sans être une surprise, est, elle, plus inattendue. Malgré ses performances régulières depuis le début de saison, la Tchèque, que le grand public avait découverte l'an dernier grâce à sa médaille d'argent ramenée des Championnats d'Europe à Göteborg, semblait toutefois encore un ton légèrement en dessous de Christina Obergföll et Steffi Nerius, les deux Allemandes qu'elle a finalement devancées sur le podium. Et pour y parvenir, Barbora Spotakova a battu deux fois le record de République tchèque, dès le premier lancer à 66,40 mètres, puis lors du troisième décisif à 67,07 mètres:

Barbora Spotakova, photo: CTK
« Je souhaitais énormément battre ce record ici pendant ces championnats. J'y suis parvenue, et que ce nouveau record s'accompagne de la première place, c'est un peu la cerise sur le gâteau. J'ai encore un peu de mal à y croire. Je savais très bien que le classement pouvait encore changer à tout moment du concours et qu'il fallait donc que je continue à lancer le plus loin possible. C'est ce que j'ai réussi à faire, je me sentais vraiment très bien. »

Un an après la retraite de Jan Zelezny, toujours recordman du monde chez les hommes, le javelot tchèque semble donc s'être trouvé pour de bon un successeur au légendaire triple champion olympique. On en attendra désormais la confirmation à Pékin l'année prochaine.