Bedřich Smetana : Vltava

Vltava
0:00
/
0:00

S’il est une œuvre de la culture tchèque qui illustre et symbolise parfaitement l’identité de la nation sans pour autant faire dans le pathétique ou le nationalisme, c’est bien le cycle de poèmes symphoniques intitulé Ma patrie.

Bedřich Smetana par Josef Matthauser, source: Archives du Musée national, CC BY-SA 4.0

Il a été composé entre 1874 et 1879, même si Vltava, le deuxième de ses six poèmes, a été écrit en seulement trois semaines par Bedřich Smetana, et ce dans un contexte particulièrement tourmenté.

À la fin du manuscrit de Vltava, on peut d’ailleurs lire une note lapidaire de son auteur : « Suis complètement sourd ! ». Ce handicap ne l’a pourtant pas empêché d’écrire une partition intemporelle et d’excellente qualité, qui accompagne aussi bien le quotidien des Tchèques que les grandes occasions, marquant les périodes de bonheur ainsi que les époques difficiles de l’histoire du pays.

Les rapides de Saint-Jean, source: public domain

Deuxième poème du cycle Ma patrie, Vltava est une métaphore musicale des flots de la plus célèbre des rivières tchèques, qu’il suit depuis sa source et tout au long de son cours, traversant des forêts où se déroule une chasse à courre, un village où est organisé une noce tchèque traditionnelle ainsi que des paysages nocturnes où l’on voit apparaître la lune et se dessiner les silhouettes d’anciens châteaux-forts. On y suit également le cours aujourd’hui disparu des rapides de Saint-Jean, au sud de Prague, avant de culminer au niveau de l’ancien château de Vyšehrad et de la capitale, Prague, d’où la rivière poursuit sa route avant de se jeter dans l’Elbe.

La partition de Vltava, la partie des rapides de Saint-Jean, photo: e-sbírky/Musée national, CC BY-NC-ND 4.0

Avec cette œuvre, Smetana cherchait avant tout à célébrer les paysages naturels de sa terre natale en tant qu’éléments magnifiques et indissociables de la vie dans son pays.

On notera par ailleurs que le thème de cette œuvre est depuis toujours – mais sous diverses interprétations – le générique de la station de la Radio tchèque, Vltava.

Certains estiment que l’une des principales mélodies de Vltava est une transposition en mineur de la chanson populaire Kočka leze dírou. Cela dit, en Suède – où le compositeur a résidé un certain temps, on pense que Bedřich Smetana s’est inspiré de la musique populaire suédoise. Quoi qu’il en soit, le motif populaire en question aurait inspiré le compositeur Samuel Cohen lorsqu’il a écrit l’hymne national d’Israël, Hatikvah.

Par ailleurs, l’œuvre Vltava fait partie de la bande originale du film américain L’Arbre de vie sorti en 2011. Ses notes ont pendant de longues années accueilli les voyageurs à bord des avions de la compagnie aérienne nationale, Czech Airlines. Et jusqu’il y a encore quelques mois, elles souhaitaient également la bienvenue aux passagers descendant à la gare de Prague-Libeň, avant que la société de chemin de fer České dráhy ne décide de faire disparaître les jingles uniques de toutes les gares du pays au bénéfice d’un nouveau système d’annonce audio uniforme.

On pourrait donc en conclure qu’il s’agit d’une mélodie rebattue et devenue banale, mais c’est tout le contraire : Vltava fait partie des œuvres dont on ne se lassera jamais.

mot-clé:
lancer la lecture

En relation