Brno dit non à Amazon

Photo: ČTK
0:00
/
0:00

Le géant américain Amazon ne construira probablement pas son centre de distribution à Brno. Seuls vingt-cinq des cinquante-cinq conseillers municipaux de la capitale de la Moravie se sont exprimés, mardi, en faveur du projet, empêchant ainsi la signature d’un contrat avec la société d’investissement CTP, qui aurait été chargée des travaux. C’est trop peu et le résultat négatif du vote, motivé par des irrégularités au niveau du plan d’aménagement de la ville, constitue sans doute un coup d’arrêt au projet du leader mondial de la distribution sur Internet, qui promettait de créer 1 500 emplois à Brno. Pour autant, Amazon ne dit pas encore adieu à la République tchèque.

Libor Šťástka, photo: Site offciel de Libor Šťástka
A l’issue du vote du conseil municipal, les représentants de CTP ont quitté la salle sans mot dire. C’est la troisième fois que la ville de Brno rejette la signature de ce fameux contrat avec la société d’investissement, alors que l’un des principaux problèmes, le raccordement du dépôt Amazon à l’autoroute D1, semblait avoir été résolu par l’équipe municipale. Membre du parti civique démocrate (ODS), partenaire minoritaire de la coalition municipale formée avec les sociaux-démocrates (ČSSD), Libor Šťástka justifie ce vote négatif par l’inadéquation entre le projet de construction et le plan d’aménagement urbain de la ville :

« Nous comptions sur le fait que les professionnels compétents qui avaient en charge ce problème, donc en l’occurrence les personnes à l’origine de l’ensemble du projet, trouveraient une solution. Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme ça et il n’était tout simplement pas possible de voter pour des travaux dans une localité où le plan d’aménagement urbain ne le permet pas. »

Les conseillers municipaux du parti des Verts ont également voté contre le projet. Ils ont voulu sanctionner le fait que le développeur CTP a entrepris, sans autorisation, des modifications « significatives » d’un terrain appartenant encore à la mairie.

Roman Onderka (à droite), photo: ČTK
Le maire de Brno, le social-démocrate Roman Onderka, ne cachait pas sa déception. La firme Amazon va désormais probablement chercher un autre emplacement pour son dépôt destiné à fournir la région d’Europe centrale et plus particulièrement le nord-est de l’Autriche. Mais s’il compte rencontrer à nouveau les représentants du géant américain, le premier magistrat de la ville morave a peu d’espoir d’obtenir un nouveau vote du conseil municipal :

« J’avoue que je suis déçu, car jusqu’au dernier moment j’ai pensé qu’il se trouverait vingt-huit conseillers municipaux pour valider l’ancrage d’Amazon à Brno. Le résultat de ce vote est un message négatif adressé aux investisseurs tchèques mais aussi étrangers. D’un autre côté, c’est la décision des représentants de la ville de Brno et je la respecte. Je suis certain qu’il s’agit d’une décision finale et que la société ne viendra pas à Brno. »

Entreprise très profitable. Amazon entend de toute façon se développer et s’implanter en Europe centrale. Alors qu’elle vient d’obtenir une autorisation pour un dépôt près de Prague, une perspective qui n’enchante pas les habitants des localités concernées, la firme va certainement chercher un nouvel emplacement pour cet autre centre logistique. Il est question d’Ostrava ou de la Slovaquie.

Le gouvernement tchèque, par l’intermédiaire de son Premier ministre Bohuslav Sobotka et du ministre de l’Industrie et du Commerce Jan Mládek, a fait savoir qu’il considérait que Brno venait de rater une belle opportunité. Pourtant, certains économistes pensent que la République tchèque a plutôt intérêt à attirer des projets sources d’emplois qualifiés sur son sol. C’est un avis que partage le conseiller municipal de Brno pour le parti des Verts Martin Ander :

Martin Ander (derrière), photo: ČTK
« Nous sommes persuadés que les terrains de la zone industrielle de Černovická terasa peuvent être utilisés pour des entreprises possédant une plus haute valeur ajoutée, des entreprises qui apporteraient à Brno des emplois pour des personnes diplômées de l’enseignement supérieur, mais également avec des postes moins qualifiés dans le secteur des services. »

La société Amazon, qui envisage à terme de s’implanter sur le marché tchèque et de proposer une version de son site Internet dans cette langue, est en effet souvent critiquée pour les conditions de travail réservées à ses employés dans ses entrepôts géants – la surface de celui de Brno devait représenter l’équivalent de près de quatorze terrains de football. Aussi, les critiques remarquent que la création d’emplois non qualifiés par la firme américaine est contrebalancée par la suppression de postes de personnel compétent dans les librairies qu’elle vient concurrencer.