Championnat tchèque : entre le Slavia et Plzeň, un sommet sans but mais pas pour rien

Foto:  ČTK/Michal Kamaryt

Le match au sommet entre le Slavia Prague et le Viktoria Plzeň, respectivement leader et deuxième du championnat de République tchèque de football, a abouti à un résultat nul (0-0), dimanche soir. A désormais deux journées de la fin de la saison régulière, qui sera suivie de cinq journées supplémentaires de play-offs, le club de la capitale a ainsi conservé ses huit points d’avance sur son dernier concurrent dans la lutte pour le titre de champion.

Photo: ČTK/Michal Kamaryt

Outre bien entendu le public - même si un fumigène lancé par les supporters du Slavia réunis derrière une tribune a malgré tout atterri sur la pelouse du stade d’Eden en deuxième mi-temps -, il n’aura manqué que des buts à cette affiche de la 27e journée présentée avant son coup d’envoi comme un possible dernier tournant de la saison. Car pour le reste, en termes de jeu et d’intensité, et malgré donc l’absence d’ambiance, l’affrontement entre deux équipes qui avaient chacune remporté leurs trois matchs depuis la reprise du championnat, a somme toute plutôt répondu aux attentes. Ce match devait permettre de voir ce qui se fait de mieux actuellement au niveau des clubs dans le football tchèque, et l’histoire retiendra que malgré les deux zéro qui brillaient toujours au tableau d’affichage au bout des 90 minutes, on ne s’est jamais ennuyé durant celles-ci. Ce n’est déjà pas si mal après près de trois mois de sevrage de ballon, et l’entraîneur pragois Jindřich Trpišovský s’en est d’ailleurs lui aussi contenté malgré quelques petits regrets :

Jindřich Trpišovský, photo: ČTK/Michal Kamaryt

« Je pense que nous avons assisté à un match de qualité. Pour la première fois depuis longtemps, nous avons d’abord vu du football lors d’un affrontement entre le premier et le deuxième, moins de combat, et je veux souligner aussi l’excellente prestation des arbitres. Le temps de jeu effectif a été important et les deux équipes ont toujours cherché à aller de l’avant. Je pense pouvoir dire que nous avons été un peu meilleurs que Plzeň notamment en première mi-temps, nous nous sommes créés plusieurs occasions et il est simplement dommage de ne pas avoir su en conclure ne serait-ce qu’une pour l’emporter. Mais je n’oublie pas non plus que nous sommes tombés sur un adversaire qui restait sur une longue série de victoires et qui joue vraiment très bien depuis cet hiver. Bien sûr, nous aurions pu augmenter notre avance en tête du classement, mais je veux retenir le positif : nous conservons nos distances et possédons un meilleur bilan dans nos confrontations directes avec Plzeň. »

Slavia Prague - Viktoria Plzeň, photo: ČTK/Michal Kamaryt

En cas de victoire, le Slavia aurait en effet possédé onze points d’avance et Plzeň, malgré une forme étincelante depuis l’arrivée sur son banc de touche de l’entraîneur slovaque Adrián Guľa l’hiver dernier, n’aurait alors très probablement plus été en mesure d’empêcher le club de la capitale de fêter la conservation de son titre de champion.

Inversement, un succès du Viktoria à Prague aurait totalement relancé le suspense dans la perspective des play-offs, durant lesquels les six premières équipes au classement au terme de la saison régulière s’affronteront de nouveau une fois. Sans encore le condamner à la deuxième place, ce 0-0 qui a mis un terme à une série de sept victoires d’affilée, ne fait donc clairement pas les affaires du club de Bohême de l’Ouest, comme en convenait son milieu offensif Jan Kovařík :

Jan Kovařík, photo: ČTK/Michal Kamaryt

« On avait besoin de gagner, on ne peut donc pas être satisfaits. Mais le Slavia a démontré qu’il n’était pas premier par hasard. Il faut reconnaître qu’ils ont une bonne équipe qui a fait un bon match ce soir. Je pense que cela a été un match équilibré avec des occasions des deux côtés, même si le Slavia a sans doute été un peu plus dangereux que nous, surtout en première mi-temps. Mais nous aurions pu nous aussi l’emporter en deuxième mi-temps. Il faut prendre ce point et continuer, rien n’est fini. Nous reviendrons de nouveau ici pendant les play-offs et il faudra alors absolument gagner. Il reste encore beaucoup de matchs et beaucoup de points en jeu. »

Dès ce mercredi, pour la 29e et avant-dernière journée, avec désormais jusqu’à 500 personnes autorisées dans les stades, le Slavia effectuera un déplacement périlleux à Ostrava où le Baník, sixième, sera lui aussi dans l’obligation de faire un résultat pour conserver sa place dans le Top 6 pour les play-offs.

De son côté, Plzeň accueillera Zlín, l’ancien club de son attaquant français Jean-David Beauguel resté muet à Prague dimanche mais dont la prestation a été à l’image de ce sommet : solide, bonne et plein de bonne volonté sans toutefois être brillante.