Cinquante monuments de Prague rénovés avec les dotations de la mairie

Les touristes et les visiteurs de la capitale tchèque peuvent profiter d’une nouvelle publication consacrée à une cinquantaine de monuments historiques de Prague qui viennent d’être rénovés avec le soutien de la municipalité. Cette publication présentant les restaurations les plus réussies est dès cette semaine disponible gratuitement dans les offices du tourisme. C’est l’occasion de vous présenter quelques-uns de ces monuments et de nous intéresser aussi à l’état d’entretien des monuments à Prague…

Milan Richter, photo: CTK
Un demi milliard de couronnes investi dans la rénovation des monuments de Prague au cours des 5 dernières années - voilà le bilan dont le conseiller pour la culture, Milan Richter, a parlé, mardi, lors de la présentation de la publication:

« Chaque année, entre 60 et 80 monuments sont rénovés ou restaurés grâce au système de subvention de la mairie. Ces monuments rénovés, ce ne sont pas seulement ceux qui sont la propriété de la ville: les dotations sont accordés également à la rénovation des monuments ecclésiastiques et de ceux appartenant à des personnes physiques ou morales. L’une des priorités est d’investir dans la rénovation des éléments qui sont visibles, c’est-à-dire les façades, les fenêtres, les portes d’entrée, parfois aussi les toits, bref, de subventionner notamment la rénovation de telles parties de Prague qui sont les plus en vue pour les touristes et les visiteurs de Prague. »

La publication consacrée aux 50 monuments de Prague rénovés les montre avant et après la rénovation et elle indique par quoi ils se distinguent. Milan Richter :

L’église Saint-François
« Le plus grand nombre de monuments rénovés se trouve dans la zone protégée du centre de Prague qui est inscrite sur la Liste du patrimoine mondiale de l’UNESCO, d’autres que la mairie rénove ou participe à leur rénovation sont dans des quartiers périphériques de la ville. »

Citons quelques exemples concrets. Ainsi, dans le centre historique de Prague, la mairie a rénové des palais dans les rues Nerudova, Celetná, Husova, Karlova, Dlouhá, ensuite l’église Notre-Dame du Týn sur la place de la Vieille-Ville, l’église Saint-François au pied du pont Charles, ou encore le vieil escalier du château. Dans la banlieue, c’est par exemple l’église gothique saint Pierre et Paul dans le 8e arrondissement, des villas et des demeures baroques construites autour d’anciennes vignes dans les 5e et 6e arrondissements.

Une dernière question posée au conseiller culturel de la mairie de Prague Milan Richter : lequel parmi les 50 monuments a pour lui une signification plus particulière?

« Pour moi, les plus intéressants sont deux monuments qui ont pu être restaurés avec nos moyens et qui se trouvent à Nový Svět - le Nouveau Monde, une partie de Prague habitée dans le passé par une population moins riche qui est aujourd’hui recherchée par les touristes. »

Direction donc le Nouveau Monde - une partie du quartier du Château de Prague qui, en dépit de son nom, tient plus de l’ancien monde que du nouveau. A l’époque baroque, le Nouveau Monde était isolé par des fortifications et cet isolement lui a conféré l’image d’une certaine autonomie, avec son identité pleine de poésie et d’harmonie. Bien que situé en voisinage immédiat du château, Nový Svět possède un charme villageois, avec ses ruelles tortueuses, ses volées de marches, ses vieilles maisons, ses arbres et jardins cachés derrière les murs. A partir du XVIe siècle y logeaient les domestiques du Château entassés dans des maisons minuscules. L’endroit a gardé un charme magique accentué par les séjours d’artistes et de savants comme l’astronome danois, Tycho Brahe et son concurrent allemand, Johannes Kepler. Tout récemment, le Nouveau Monde a à nouveau été colonisé par les artistes, les cinéastes et les écrivains. Ainsi, de nombreuses petites galeries et boutiques y ont ouvert. Une particularité de cet endroit, le fossé des Cerfs entourant le château de Prague qui y débouche et qui procure une vue de la villa Lumbe, dont le président Václav Klaus est l’actuel locataire. Un point central du Nouveau Monde, le célèbre restaurant A la Poire d’or - U zlaté hrušky - à la façade stuquée qui conserve l’atmosphère d’une auberge de village.

Toujours dans le quartier du Nouveau Monde, la maison du coin, U Modrého hroznu – au Raisin bleu, est parmi les monuments qui viennent d’être rénovés avec le concours de la municipalité de Prague. Comme on peut le lire dans la publication, c’est une maison baroque du XVIIe siècle remaniée dans le style du Classicisme, avec des encorbellements sortant de la façade ornée, dans sa partie inférieure, de relief de dauphin à deux caudales. Lors des travaux de restauration de cette maison, on a retrouvé, à l’endroit de l’imitation des fenêtres aveugles, les fresques d’origine qui ont été restaurées, ainsi que d’autres éléments comme une peinture représentant Saint-Jean-Népomucène à l’intérieur de la maison. Une église consacrée à ce saint qui se trouve également dans ce quartier est un des autres monuments qui ont pu être rénovés avec de l’argent de la mairie : en 2007, on a terminé la restauration de la façade et des décorations sculpturales intérieures. Construite en 1729 par Kilian Ignaz Dientzenhofer, l’église Saint-Jean-Népomucène est attachée au couvent adjacent des ursulines.

Hélas, beaucoup de monuments pragois attendent encore d’être rénovés, complète Jan Kněžínek, directeur de l’Institut de la protection du patrimoine de Prague. Il déplore notamment l’état de dégradation du palais Salm, à proximité étroite du château de Hradčany. Sur la liste des monuments les plus menacés de Prague, il y a des dizaines d’anciennes résidences d’été, de pavillons de plaisance et d’anciens enclos à la périphérie. Plusieurs monuments souffrent de dégradation dans le centre même de Prague: depuis quelques années, la maison Sixte, au coin de la rue Celetná et la place de la Vieille-Ville est laissée à l’abandon, après l’échec des travaux de reconstruction de cette maison en un hôtel du réseau Ritz Carlton. Dans le quartier de Karlín, c’est le fameux complexe baroque des Invalides de l’architecte Kilian Ignaz Dientzenhofer, gravement endommagé en 2002 par la crue, qui attend toujours d’être restauré.

10
50.095339080000
14.461569780000
default
50.095339080000
14.461569780000