Codamnations pour corruption dans le monde du football tchèque

Ivan Hornik, photo: CTK

Des kilogrammes de pommes, des carpes, des pièces de trente sous, des litres de gasoil... Tout cela s'est transformé en peines avec sursis, fortes amendes et interdiction d'exercice de la profession... Tout cela dans la plus grosse affaire de corruption dans le monde du football tchèque, avec le verdict de la cour d'arrondissement de Prague 3. Une affaire qui s'est même retrouvée sur les planches d'un théâtre pragois...

Ivan Hornik, photo: CTK
« Alors, une question de contrôle : les poissons sont arrivés ? Oui, les carpes sont bien arrivées. Dis-donc, tu sais que tu pouvais avoir des problèmes, on se connaît, non ? Milan, je crois que les hyènes des médias on les a domptées, hein ? Super ! »

C'est sur des écoutes téléphoniques de ce genre, où en parlant de carpes on parle de gros pots de vin, que la police et la justice se sont basées pour condamner le principal accusé dans la plus grosse affaire de corruption d'arbitres et de délégués dans le monde du football tchèque. Le directeur sportif d'un des clubs pragois, Viktoria Zizkov jouant dans la Première Ligue, Ivan Hornik, a été condamné à sept mois de prison avec un sursis de cinq ans. Il risque cinq autres mois de détention dans le cas où il ne paierait pas une amende de 900 000 couronnes (dans les 30 000 euros). Pendant dix ans, il est interdit de fonction dans le monde du football. Dans cette affaire, dix autres personnes ont été condamnées pour corruption, à des peines de huit à 14 mois de prison avec sursis et de fortes amendes, des arbitres et délégués qui avaient accepté des pots de vin et influencé les résultats des matches.

La défense présenta un argument de taille : la régularité des matches de football ne peut pas être considérée comme un intérêt public. La présidente de la cour du troisième arrondissement de Prague, Marketa Polanecka, rétorqua en déclarant : « L'Etat se doit de défendre les intérêts de centaines de milliers de fans qui adorent ce sport et soutiennent leurs clubs favoris. » D'après elle, le principal accusé, Ivan Hornik, « a tenté de transformer les matches en comédie préparée à l'avance. ». Dans le monde du football tchèque, on a été surpris par la dureté du verdict mais, comme le déclare l'ancien international, Antonin Panenka, la prononciation d'une telle sentence est positive, afin qu'elle devienne une leçon pour les fonctionnaires des clubs tchèques.