Colloque international sur la Silésie à Paris

r_2100x1400_radio_praha.png

La Silésie - région partagée aujourd’hui entre la Pologne, la République tchèque et l’Allemagne - est à l’honneur en cette fin de semaine à Paris. Silésie multiculturelle : mythe ou réalité ? – c’est le titre d’un colloque international qui se déroule vendredi et samedi au Centre Malesherbes. Malgorzata Smorag-Goldberg nous en a dit un peu plus sur le programme.

« Dans le cadre d’un projet que notre centre de recherches (le CIRCE-Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes) avait lancé sur la multiculturalité des villes d’Europe centrale, nous avions déjà organisé une journée d’étude autour de la Silésie l’année dernière, en mettant l’accent sur la période postérieure à 1945. Cette journée d’étude a eu énormément de succès et nous nous sommes rendus compte que l’ampleur du chantier de recherches était très grande et que la France était un peu en retard par rapport à ce qui se faisait en Bohême, en Pologne, en Allemagne. Nous avons donc décidé de lancer un grand colloque international. Ce qui est intéressant c’est de choisir une région où le leg multiculturel est important et d’essayer de croiser différents regards – sociologique, muséographique, littéraire – et de l’observer à travers traces, témoignages, travaux, textes littéraires qui tentent de raconter l’absence actuelle de cette multiculturalité longtemps présente sur un terrain relativement circonscrit. »

En quoi la Silésie est-elle particulièrement intéressante à étudier ?

« D’une part elle se trouve au coeur de l’Europe, entre monde germanique et monde slave. Elle a toujours été une terre de passages et de mélanges. Nous aurons un exposé au début du colloque sur les origines. Pendant très longtemps, cette région frontalière où Allemands, Tchèques, Polonais et Juifs cohabitaient a constitué une sorte d’exemple paradigmatique de la multiculturalité en Europe centrale. Mais nous essayons aussi d’interroger ce mythe de la multiculturalité : est-ce que c’était aussi idyllique que la mémoire post-1945, celle consciente des nettoyages ethniques décidés à Yalta, le recrée. Quelle était la réalité de cette multiculturalité et comment ça se passait dans les faits ? »

Et pour parler plus précisément de la Silésie tchèque, deux professeurs des universités de Prague et d’Ostrava interviendront lors de ce colloque, vendredi après-midi.

http://calenda.revues.org/download.php?id=1659