Comment un bar devient un centre culturel

Zizkov

Au milieu de Zizkov, quartier populaire de Prague connu pour ses bars typiques tchèques, quelques Français expatriés se sont installés ces deux dernières années et y ont ouverts des bars aux aspirations culturelles qui tentent de s'éloigner un peu du cliché « pinte baby-foot ». Des événements toujours gratuits qui amènent chaque jour de nouveaux curieux. Flora Moscovici a rencontré Marta Ledu dans son « salon » zizkovien.

Zizkov
"Je suis à moitié française, ma mère est de Prague. Donc je suis arrivée il y a une dizaine d'années et voilà, je suis toujours ici. J'ai commencé, j'ai fait de la photographie, j'ai fait du design et puis maintenant voilà, j'ai un bar. C'est l'idée de mon mari, c'est lui qui l'a ouvert en fait et moi j'ai participé bien sûr."

Et votre mari est tchèque ?

"Moitié tchèque, moitié algérien. Je l'ai rencontré à Prague. Il est né à Prague, il a vécu quelques années en Algérie, trois ans je crois en Algérie. Le nom du bar c'est Vobejvak qui veut dire salon. Vobejvak, c'est un peu familier. Je pense que c'est comme ça que ça se passe, on se sent chez soi ici. Tous les gens se connaissent, c'est comme ça. On a des concerts, des concours également, des DJ's, des expositions. Français, Tchèques, tout le monde en fait, y a pas de spécificité. En ce moment, c'est une exposition d'enfants. Tous les mois, on change. Le mois prochain ça va être Angej Kopal, peinture. Et également de la photographie et ce sera moi, en fait, qui exposera. Ca fait deux ans que je photographie dans le bar, donc ce seront les clients.

Ce soir-là, il y avait un concert. Patrick Piton, guitariste français, qui jouait avec un contrebassiste tchèque va lui aussi nous décrire son expérience d'expatrié à Prague :

"Je suis de Rennes. Je suis arrivé à Prague il y a six ans et trois jours. C'était le 25 mars 2001. Je suis venu visité Prague et j'ai décidé d'y rester."

Et aujourd'hui, tu joues avec David. Comment est-ce que tu l'as rencontré ?

"J'ai rencontré David il y a deux, trois semaines un peu par hasard et ça me fait plaisir de jouer avec lui, ça change. Depuis deux mois, je joue chez Marta le mercredi en solo et jouer avec un contrebassiste, c'est vrai que ça change tout et c'est agréable. Comme beaucoup d'expatriés, je donne des cours de langue, j'enseigne le français et l'anglais, j'ai différentes activités. J'ai joué dans différents bars, j'ai joué longtemps au Marquis de Sade, qui était un bar assez bien dans le centre."

Nous vous avons amenés dans un bar de Zizkov que quelques Français expatriés ont tranformé en un centre culturel.