Coronavirus : les grandes fortunes tchèques font des dons à l’Etat

Photo: ČTK/Václav Pancer

Les pouvoirs publics ont du mal à faire face à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Certains acteurs privés, dont les plus connus et les plus riches du pays, se joignent à l’effort pour venir en aide au secteur hospitalier.

Photo: ČTK/Václav Pancer
C’est d’abord le plus riche d’entre eux – en tout cas celui qui est désigné comme le plus riche des Tchèques dans tous les classements – qui a annoncé faire un geste pour importer du matériel médical.

Là où le gouvernement tchèque a échoué dans les premiers jours de l’état d’urgence pour commander et livrer des masques et autres respirateurs au personnel soignant du pays, le groupe PPF de Petr Kellner a importé 120 tonnes de matériel médical en ce début de semaine, d’abord des Etats-Unis, puis de Chine et d’Espagne, le tout pour un montant estimé à 100 millions de couronnes (plus de 4 millions d’euros).

Le groupe PPF est présent en Chine via sa filiale HomeCredit. Son actionnaire majoritaire, Petr Kellner, a coordonné le transport du matériel directement avec le Premier ministre Andrej Babiš et le ministre de l’Industrie et des Transports Karel Havlíček.

Photo: Michaela Danelová, ČRo
Agrofert, le groupe fondé par le même Andrej Babiš (qui a essayé avant de renoncer de faire passer un amendement exemptant ses fonds fiduciaires de nouvelles obligations légales), a quant à lui annoncé lundi le don d’ingrédients nécessaires à la fabrication de 500 000 litres de liquide désinfectant offert à l’Etat et destiné aux hôpitaux et administrations, « pour une valeur totale de 10 millions de couronnes ». La fondation Agrofert entend par ailleurs venir en aide aux mères célibataires que la crise fragilise encore davantage.

Le plus connu des milliardaires tchèques en France, Daniel Křetínský, n’est pas en reste. Son groupe EPH, en collaboration avec son précédent employeur J&T, vient d’annoncer des dons d’une valeur de 215 millions de couronnes (environ 8 millions d’euros) pour lutter contre le coronavirus en Tchéquie et en Slovaquie. Là aussi, il s’agit avant tout de matériel médical.

Daniel Křetínský, photo: EPH
« Nous avons utilisé nos contacts en Chine et grâce à nos partenaires nous nous sommes efforcés d’assurer l’essentiel pour les deux pays », a indiqué Patrik Tkáč, le cofondateur de J&T.

L’agence de presse ČTK précise que le groupe EPH envisage de faire donation de ce matériel médical aux villes avec lesquelles il est en contrat pour le chauffage thermique, donc avant tout Prague, Plzeň, Hradec Králové, Pardubice, Chrudim, Most et Litvínov.

« Nous supposons que ces municipalités utiliseront les respirateurs en premier lieu pour les besoins des établissements sanitaires. Nous les contacterons pour la livraison prochaine de ce matériel dans le pays », a indiqué l’actionnaire majoritaire d’EPH Daniel Křetínský.

Radovan Vítek, photo: ČT24
Autre grande fortune tchèque, Radovan Vítek a lui aussi fait savoir qu’il voulait aider le pays à faire face. Son groupe CPI Property Group a indiqué mardi qu’il était prêt à remettre au gouvernement tchèque les clés des 14 hôtels qu’il possède dans le pays « en cas de besoin pour les soins malades ». Cela représente 5000 lits dans 14 des villes du pays.

« Nous espérons que le scénario dramatique d’un besoin supplémentaire de lits dans les hôpitaux ne deviendra pas réalité mais nous pensons qu’il vaut mieux être préparé », a indiqué Zdeněk Havelka, le directeur exécutif de CPI Property Group.  L’idée vient peut-être de la fausse information selon laquelle la star portugaise du football, Cristiano Ronaldo, avait transformé ses hôtels en hôpitaux…