Courrier des auditeurs

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

"Salut ma RADIO PRAGUE, C'est avec un très grand plaisir que je vous écris ce mail. Depuis que j'ai pu capter le signal de votre radio en Ondes Courtes, je vous écoute souvent vers 20h (Heure Locale) avec un petit poste Radio analogique KK-811LAR FM/SW à l'aide d'une antenne à fouet verticale de 45 cm environs de longueur. J'arrive à trouver le signal de votre Radio dans les bandes des 31 mètres sur 960KHz. L'écoute est souvent un peu pertubée avec un léger bruit de fond. Votre auditeur de Parakou au Bénin, ISSA A. Mikaila."

C'est de Pertuis, en France que Dominique Chanavas, professeur d'Histoire-Géographie nous a envoyé un courriel, dans lequel il revient sur l'émission de Guillaume Narguet consacrée à la différence entre République tchèque et Tchéquie. Et Dominique Chanavas de souligner ce qu'il croit être « un petit oubli », il écrit :

« Hitler aussi employait volontiers l'expression "Tchéquie" en allemand: Tschekei, plutôt que le nom officiel de "Bohême-Moravie", qui était celui donné par les nazis au protectorat... on oublie souvent de nos jours (cette amnésie n'est évidemment pas due au hasard) que la Tchécoslovaquie de 1918 n'était pas seulement peuplée de Tchèques et de Slovaques, mais aussi de très nombreux Allemands et Hongrois, un vrai Etat multinational et démocratique, presque exemplaire, qui en agaçait plus d'un... De ce point de vue l'expression "république tchèque" conserve quand même une connotation démocratique, qui est absente dans l'expression "ethnique" (en allemand : völkisch) de "Tchéquie". »

Merci à Dominique Chanavas pour ce commentaire. Je voudrais néanmoins rectifier une chose : l'expression employée par les nazis n'était pas Tschekei, mais Tschechei. Quoiqu'il en soit le débat sur l'appellation officielle du pays n'est pas encore terminé.

On prend la direction du Québec maintenant grâce à Denis Fournier, qui nous écrit pour nous saluer et nous signaler que depuis qu'il est abonné à internet, il peut « nous lire et nous entendre au moment qui lui convient ».

Nathan Yetna, de France, nous a également contacté grâce à internet pour nous demander des renseignements sur la musique du générique qui précède les informations : « est-ce une composition spéciale ou existe-t-elle dans le commerce? ». En fait il s'agit d'une composition spéciale réalisée à partir d'une célèbre composition d'Antonin Dvorak, la 9e symphonie « Du nouveau monde », dont on écoute tout de suite un extrait pour la peine.


Lettre signée Anthony Loser de Poitiers :

« Chère équipe de Radio Prague !

Comme chaque semaine, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt votre émission "Le tchèque du bout de la langue", cette fois-ci consacrée au mot "stesti" (chance, bonheur). Pour souhaiter de la chance, de la réussite dans une épreuve difficile, on peut dire "Hodne stesti", mais il y a une autre expression tchèque que je trouve irrésistible : "Zlom / zlomte vaz" ! Celle-ci veut également signifier "bonne chance, bon courage", mais littéralement, elle veut dire "romps / rompez la nuque" ! Malgré ses origines morbides, cette expression idiomatique est pourtant extrêmement bienveillante. Pouvez-vous me dire pourquoi ou comment, au fil des ans, il y a eu un "glissement" de sens ? N'y aurait-il pas une légende là-dessous ?! »

Je laisse le soin à Guillaume Narguet, notre expert, d'apporter la réponse à ses questions dans une des prochaines éditions du « Tchèque du bout de la langue », à son retour de vacances.

Quant à JM Aubier, fidèle auditeur d'Arcay en France, même s'il a failli se faire chourer son portefeuille, il est satisfait de son récent séjour à Prague. Il écrit « la ville est superbe. Mais je m'attendais quand même à autre chose devant l'horloge de l'hôtel de ville, avec les personnages sortant à chaque heure. Et, à ce que j'ai cru comprendre sur la place, de nombreux touristes se faisaient la même réflexion. Le Pont Charles, était déjà bien rempli de monde, mais on pouvait encore circuler. Par contre, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas beaucoup de verdure, et peu de fleurs. C'est dommage. Côté nourriture, c'est très bon, bien qu'un peu lourd parfois. Prague restera un excellent souvenir et c'est une ville qu'il faut absolument visiter. »

Merci à tous les auditeurs qui nous ont envoyé leurs précieux rapports d'écoute, dont MM. Pierre Cheyrou, Jean Barbat, Sebastien Schakman, Paul Jamet, Jean-François Meile, Jacques Augustin, qui nous donne des suggestions pour de futures émissions, Roger Roussel du Canada, Ferhat Bezazel d'Algérie.


Vltava
On termine avec la musique de Bedrich Smetana, grâce à la question de Mme Lenfant, professeur de musique en France. Elle prépare « un cours sur la Moldau de Smetana, et afin de bien mettre en relation la musique et les paysages de la République tchèque que cette rivière traverse », elle souhaiterait touver « une carte très précise de ce cours d'eau et quelques photos de la Moldau et nous demande notre aide ». Le plus simple, c'est de taper le nom tchèque de la Moldau, la Vltava, dans les moteurs de recherche internet habituels, et vous trouverez beaucoup de renseignements, ou alors sur le site de Radio Prague...