Coût de la vie et pouvoir d’achat : il fait plutôt bon vivre à Prague

Photo: Filip Jandourek, ČRo

Contrairement à une idée reçue, le coût de la vie à Prague serait relativement bon marché. En tenant compte du pouvoir d’achat de la population, la capitale tchèque appartient même aux grandes villes européennes parmi les moins chères, selon l’étude prix et salaires 2015 menée par la banque suisse UBS.

Photo: Filip Jandourek, ČRo
Quelles sont les villes les plus chères du monde ? Celles, au contraire, où la vie est le moins cher ? Là où ses habitants ont le meilleur pouvoir d'achat ? Tous les trois ans, UBS réalise une enquête pour tenter de répondre à ces questions. Depuis 1971, elle scrute les salaires horaires, les prix des logements et de la nourriture, ou encore des transports. Pour cette édition 2015, la société suisse a sélectionné 71 villes sur cinq continents et a comparé leurs conditions de vie. En analysant un panier de 122 produits, l’UBS est parvenue à la conclusion que New York, Genève et Zurich sont les villes les plus chères. A l'inverse, les trois villes les moins chères sont Kiev, Nairobi et Djakarta.

Prague, elle, est bon marché notamment pour l’alimentation et les loyers. Plus concrètement, les Pragois travaillent en moyenne 11 minutes pour pouvoir acheter un kilo de pain, contre 13 par exemple à Bratislava, 14 à Budapest ou encore 20 à Varsovie, autres capitales d’Europe centrale. Si l’on s’en tient aux données d’Eurostat, les produits alimentaires en République tchèque sont relativement peu chers à l’échelle européenne. Parmi les Vingt-huit Etats membres, c’est précisément en République tchèque que des produits comme les œufs, les bananes, le sel, la charcuterie, les frites surgelées ou même les chewing-gums sont les plus abordables.

Autre secteur dans lequel la capitale tchèque s’en sort bien : le logement. Contrairement à la situation qui règne dans d’autres grandes villes, le nombre d’appartements libres est relativement important, tirant ainsi les prix des loyers vers le bas. Pour un trois pièces non meublé, seuls Sofia, Kiev et Bucarest présentent des prix inférieurs en Europe.

Malgré des salaires moindres qu’en Europe de l’Ouest, le coût de la vie à Prague, et plus généralement en République tchèque, n’est donc pas aussi élevé que le pensent les habitants. Par rapport à New York, ville référence (qui correspond 100) dans l’enquête, il est même 63,6% moindre (57,4% à Bratislava).

Toutefois, ce constat ne vaut pas pour tous les biens. Car afin de pouvoir comparer les niveaux de pouvoir d'achat des différentes villes, qui connaissent des situations économiques et sociales radicalement différentes, UBS s’est fixé quatre produits : 1 kg de riz, 1 kg de pain, un Big Mac et un iPhone 6 16 Giga. Pour ce dernier, tandis que 17 jours de travail sont nécessaires à un Pragois, il n’en faut que 5 à un Parisien (mais 78 à un habitant de Kiev). Reste à savoir si posséder un iPhone 6 est bien indispensable. Mais c’est là une autre question…