Déception des agriculteurs tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Les agriculteurs tchèques espéraient bénéficier, après l'adhésion du pays à l'Union européenne, de subventions du même niveau que celles dont bénéficient les agriculteurs de l'Union. Aujourd'hui leur espoir s'évanouit. Vaclav Richter.

La Commission européenne a publié un document tenu secret jusqu'à présent. Elle propose de payer aux agriculteurs des nouveaux pays membres un quart seulement des subventions que reçoivent, actuellement, les fermiers de l'Union, au total 2,6 milliards d'euros. Le niveau actuel des subventions des agriculteurs dans les pays de l'Union ne pourra être atteint par les nouveaux pays membres que dix ans après leur adhésion, donc vers l'an 2013. Une telle perspective est loin de plaire notamment à la Pologne, à la Hongrie mais aussi à la République tchèque. Le ministre tchèque de l'Agriculture, Jan Fencl, la considère comme inadmissible.

Le Premier ministre, Milos Zeman, va encore plus loin. "Ce projet signifie que les nouveaux pays membres payeront ce que payent les autres pays de l'Union, mais qu'ils recevront bien moins que les autres pays," souligne le chef du gouvernement. Selon le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan, il ne faut pas que la République tchèque soit un pays membre de deuxième catégorie. A son avis, il convient de convoquer une réunion des médiateurs des pays du groupe de Vysegrad : la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Tchéquie. Ils devraient se pencher sur ce problème et coordonner leurs attitudes vis-à-vis de l'Union européenne. Pour sa part, Günter Verheugen, membre de la Commission européenne, souligne que le projet controversé est un grand progrès, car, jusqu'en 1999, l'Union n'envisageait pas du tout de payer des subventions directes aux nouveaux pays membres. D'ailleurs, selon Verheugen, ces pays pourront demander, dès 2007, une augmentation des subventions jusqu'à 100 % et ils disposeront des moyens pour se faire entendre. En tant que membres de l'Union, ils pourront bloquer l'approbation du budget européen pour les années 2007 à 2013.