« Déménager les pieds en avant »

r_2100x1400_radio_praha.png

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha! Comme lors de nos dernières émissions, nous allons poursuivre notre rappel de quelques expressions idiomatiques de la langue tchèque relatives au corps humain en examinant, cette fois, les jambes et les pieds - nohy. « Noha », un petit mot qui désigne à la fois la jambe et le pied. Une particularité qui n'empêche toutefois pas les Tchèques de faire la distinction entre ces deux parties du corps. En fait, tout dépend du contexte et de la phrase dans laquelle le mot se trouve, comme nous allons le constater en découvrant ces quelques expressions qui, nous l'espérons, vous feront prendre votre pied...

Avant de nous lancer dans la présentation d'idiomes typiquement tchèques, il convient, comme chaque fois, de relever ceux que l'on trouve à la fois dans les langues tchèque et française. Ainsi, par exemple, d'un Tchèque de mauvaise humeur, grincheux, on dira bien entendu qu'il « s'est levé du pied gauche » - « vstával levou nohou ». A l'inverse, lorsque que quelqu'un commence bien quelque chose, dans le bon sens des choses, il sera alors « parti du bon pied » - « vykročil pravou nohou », soit littéralement « partir du pied droit ».

Toujours pour rester dans la distinction entre les jambes droite et gauche, l'expression « avoir deux pieds gauches » - « mít obě nohy levé », peut avoir plusieurs significations. On pourra dire de quelqu'un qu'il a deux pieds gauches s'il est gauche (forcément), maladroit, pataud, ou encore s'il est ivre, soûl. Remarquons que si l'évocation du pied gauche, qui symbolise le mauvais pied, est autant répandue, c'est sans doute parce que pendant longtemps, les gauchers ont été victimes d'idées reçues, être gaucher ayant été considéré comme une tare.

Beaucoup d'expressions tchèques en rapport avec les jambes servent à évoquer la consommation de boissons alcoolisées. Par exemple, lorsque l'un de vos invités hésite à prendre un deuxième verre, vous pouvez tenter de le convaincre en lui glissant que « quand même, tu ne vas pas sauter à cloche-pied, sur une seule jambe » - « nebudeš přece skákat o jedné noze », ou alors qu'il va « en reprendre un pour la seconde jambe » - « dát si ještě do druhé nohy ». Et d'un gars ivre, les Tchèques pourront affirmer, en faisant preuve de beaucoup de compréhension, qu'il « s'est emmêlé les jambes, les pinceaux » - « spletl si nohy ». Cela sous-entend que sous l'effet de l'alcool, il a butté sur quelque chose avant de tomber.

Pour en revenir à cette notion d'une seule jambe, mentionnons encore cette jolie formule qui veut que lorsqu'une jeune fille abandonne son cavalier après une seule danse, elle « le laisse sur une seule jambe » - « nechá ho stát na jedné noze ». Bref, rien de bien agréable pour le malheureux, qui, seul au milieu de la piste, n'a plus que pour seule issue de secours à trouver le chemin le plus court pour rejoindre le bar et se consoler.

Passons à d'autres expressions toutes plus belles et expressives les unes que les autres. Par exemple, de quelque chose qui disparaît, qu'on cherche, mais qu'on ne peut plus retrouver, on pourra dire que la chose en question « a reçu des jambes » - « dostat nohy ». Et si vous entendez dire de quelqu'un qu'il « a des jambes de voleur » - « má zlodějské nohy », cela indique, et vous l'aurez peut-être deviné, qu'il marche sans faire de bruit.

Poursuivons avec ces deux expressions très proches l'une de l'autre, mais qui possèdent un sens quelque peu différent. Ainsi, si on affirme de quelqu'un que c'est « un saint, mais ses pieds sortent de l'enfer » - « je svatý, jenomže mu nohy koukají z pekla », cela signifie qu'il se comporte sournoisement, comme un hypocrite, une sainte nitouche, ou comme un petit ange avec des cornes sur la tête. En revanche, l'expression selon laquelle « déjà de son vivant, ses pieds dépassent de l'enfer » - « už za živa mu nohy čouhají z pekla », sert à indiquer qu'il s'agit d'une personne méchante. Et s'il s'agit d'un enfant, d'un polisson, d'un petit vaurien, on dira qu'il « mordrait les pieds du bon Dieu » - « pánubohu by nohy ukousal ».

Toujours dans cette idée d'enfer, ou peut-être de paradis, vous connaissez également l'expression qui veut que lorsque la mort frappe à la porte ou que l'on se trouve dans une situation de grand danger, nous avons alors « un pied dans la tombe » - « mít jednu nohu v hrobě ». Et pour en terminer avec l'idée de mort, retenons encore cette cruelle expression selon laquelle lors d'un enterrement, on dira de la personne défunte qu'elle « déménage les pieds en avant » - « stěhovat se nohama napřed ». Cruelle, effectivement, mais tellement vraie...

C'est donc les pieds en avant que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue ». Mais dès la semaine prochaine, nous serons bien entendu de nouveau sur nos deux pieds et deux jambes. En attendant, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj!