Des chercheurs tchèques sur les traces de Reinhard Heydrich

Reinhard Heydrich

Les restes de Reinhard Heydrich se trouve à Berlin, au cimetière des Invalides. Ce n'est pas un scoop, mais pour des chercheurs tchèques, l'emplacement exact du cercueil du troisième homme du Reich nazi restait jusqu'ici inconnu.

Reinhard Heydrich, photo: Bundesarchiv, Bild 146-1969-054-16 / Hoffmann, Heinrich / CC-BY-SA / Wikimedia Commons 3.0
Reinhard Heydrich fut l'unique haut dignitaire nazi assassiné durant la Deuxième Guerre mondiale. Troisième officier du Reich, après Hitler et Himmler, désigné « protecteur » de Bohême et de Moravie en 1941, Heydrich est décédé le 4 juin 1942 des suites de blessures infligées par deux résistants tchécoslovaques dix jours auparavant.

Le 27 mai 1942 à Prague, Jan Kubis et Jozef Gabcik s'attaquaient à la Mercedes de celui qui présidait quelques mois plus tôt la conférence de Wannsee, où était adoptée la « solution finale de la question juive ».

Avant que les nazis se vengent, d'abord en rasant le village de Lidice, Heydrich fut inhumé à Berlin avec les plus grands honneurs. La pierre tombale fut démolie après la guerre.

Plus de 60 ans après, le chercheur tchèque Jaroslav Cvancara révèle au quotidien Mlada fronta Dnes qu'il a retrouvé l'endroit exact où est enterré le commandant SS. Grâce à des photos d'archives du cimetière.

Mais la découverte de J. Cvancara n'en est pas vraiment une. Alors qu'il prenait des clichés au cimetière berlinois des Invalides, un groupe de jeunes néo-nazis allemands lui a fait comprendre qu'ils savaient depuis longtemps où se trouvaient les restes de Heydrich.

Contacté par le quotidien pragois, le président du parti nationaliste allemand DVU a confirmé qu'il était lui aussi parmi les rares à connaître l'emplacement exact. Dietmar Tönhardt a même ajouté qu'il y avait encore récemment emmené un groupe de « touristes » tchèques.

D'après l'institut historique de l'armée allemande, les héritiers de Reinhard Heydrich souhaiteraient que la tombe de leur aïeul soit rénovée. « Les nazis jetaient à l'eau les cendres des personnes assassinées et Heydrich devrait avoir une sépulture digne ? » : pour l'historien militaire tchèque Eduard Stehlik, cité par Dnes, la question est plus que délicate.